12052016Headline:

Côte d’Ivoire: Arnaque des homosexuels aux 2 Plateaux-Vallon: Des agents de la CRS1 impliqués?

gay lesbienne

Réputé être aujourd’hui un des lieux de prédilection des prostituées et autres homosexuels, le quartier des deux-plateaux les vallons est devenu un terrain de chasse privilégié pour les pandores. Mais les deux types de travailleurs cohabitent aisément. Le 29/10 aux alentours de minuit, un automobiliste, conscient qu’à ces heures tardives il était certain de trouver des agents de la police dans les environs, décide de s’arrêter au feu tricolore, au niveau du restaurant « Nuit de Saigon ».  Une erreur à ne pas commettre, puisque dans les secondes qui ont suivi, un travesti s’invite dans son véhicule, en s’asseyant côté co-pilote au grand étonnement de l’occupant. Au même moment, un autre se tient devant le véhicule pour l’empêcher de démarrer. L’invité indésirable commence par demander au chauffeur d’avancer un peu plus, ce que ce dernier refuse. Et là, commencent les menaces. ʺTu as gâché notre soirée. Donc il faut nous payer, sinon tu ne bouges pas aujourd’huiʺ, assène l’homme déguisé en femme. En ajoutant que s’ils n’avaient pas gain de cause, ils feraient tout un scandale, en racontant que c’est un mauvais client qui refuse de payer pour de bons et loyaux services rendus. Menace qui a subitement eu un effet dévastateur sur la  sérénité du conducteur. Et tout tremblotant, il essaie une solution médiane: ʺMais j’ai ma carte magnétique. Si vous voulez on va ensemble au guichet pour que je vous donneʺ. Il est surpris d’entendre la réplique. ʺSi c’est à cause des policiers que tu demandes qu’on t’accompagne, tu te trompes, parce qu’on travaille ensemble. Donc tu vas nous payerʺ, indique le travesti. Malgré la mise en garde, le chauffeur fonce vers ceux qu’il pense être ses sauveurs. Content que ce soit un cargo de la CRS1, le chauffeur stationne à leur niveau en se pressant d’aller expliquer ce qui venait de lui arriver, suivi par les travestis. C’était sa parole contre la leur. Deux agents prennent les travestis de côté, laissant là le plaignant, surpris. Ils reviennent quelque temps en demandant au plaignant de donner ce qu’il a sur lui afin de libérer les travestis. Ce qu’il refuse, puisqu’il affirme n’avoir jamais eu affaire à ces gens. Les pandores retournent encore discuter avec les travestis, certainement pour leur expliquer que le sieur refuse de payer. Un autre agent vient alors demander à ce dernier de rentrer chez lui. Après avoir attendu en vain qu’on lui dise qu’il n’a rien à craindre en reprenant seul le chemin alors qu’ils avaient libéré les travestis, il quitte les lieux en se demandant ce qui ne va pas dans ce pays.

Les temps sont vraiment farouches…si les policiers travaillent avec des travestis…

L’Eléphant déchainé n°495

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment