08202018Headline:

Côte-d’Ivoire: Des douaniers désarmés et séquestrés dans des toilettes à Anyama

Des douaniers ont vécu des moments de grand stress, de peur, à Anyama. Les pauvres hommes en tenue se sont retrouvés au mauvais endroit et au mauvais moment, quand des hommes armés s’employaient à mener un assaut.

En effet, à en croire nos sources, le mercredi 2 mai 2018, aux alentours de 16h, l’opérateur économique Z.O. qui tient sa supérette au quartier « Plaque-arabe », à Anyama, reçoit dans son commerce un camion de livraison de marchandises. Et pendant que sa commande est en train d’être déchargée par les camionneurs, le travail à l’intérieur de sa supérette, continue d’être assuré par le personnel. C’est ce moment que choisissent trois individus, des criminels, pour entrer en scène. Une fois à l’intérieur de la supérette, ces quidams sortent des armes à feu. Notamment des pistolets automatiques et ils maîtrisent tout le monde.

Ils commencent surtout par deux agents des douanes, effectuant des emplettes au sein de la structure commerciale. Pendant que l’un des gangsters tient en respect les autres victimes, ses acolytes contraignent les douaniers à les conduire à leur véhicule garé en face du commerce. Et à l’intérieur de cette voiture, les malfaiteurs font main basse sur la kalachnikov des deux éléments en tenue.

Cela fait, ils ramènent les douaniers à l’intérieur de la surface commerciale. Puis, ces derniers, les clients et les membres du personnel, ils les enferment dans les toilettes. Mais avant, les criminels arrachent à tout ce beau monde, des téléphones-portables et des sommes d’argent. Après quoi, les gangsters s’occupent de la caisse de la supérette. Ils la vident de tout son contenu estimé à la somme d’environ 1 300 000 F Cfa. C’est avec ce butin constitué d’une arme d’assaut, de téléphones-portables et de sommes d’argent que les malfaiteurs décampent des lieux.

La police, plus tard informée par de bonnes volontés, fait débarquer des agents sur les lieux. Les pauvres victimes dont les douaniers séquestrés, sont libérés de leur prison de fortune. Un ratissage est aussitôt engagé dans tout le secteur, dans l’espoir de retrouver la bande armée. En vain hélas. Toutefois, des investigations se poursuivaient en vue d’appréhender ce gang téméraire.

KIKIE Ahou Nazaire

linfodrome

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment