10212018Headline:

Côte d’Ivoire/Des individus lourdement armés attaquent un village, le chef tabassé devant ses femmes à Tiébissou

La situation sécuritaire demeure toujours préoccupante, malgré les actions que mènent quotidiennement policiers et gendarmes, dans le cadre de la protection des personnes et des biens.

Cela, les populations de «Lomokankro», localité du département de Tiébissou, ont eu à faire l’amère expérience, dans la nuit du samedi 9 au dimanche 10 décembre 2017, avec une attaque perpétrée par un gang constitué d’au moins six individus lourdement armés. Au nombre de leurs victimes, une personnalité et non des moindres, en la personne de Nanan Konan Kouassi, le chef du village, dépossédé de tous ses biens par ces hommes sans foi ni loi. Selon des sources proches de ce malheureux événement, c’est autour de 3h du matin, que la bande armée débarque dans le village.

Très vite, les bandits se rendent au domicile d’un des neveux du chef du village, en l’occurrence Konan Kouadio Julien, réveillé brutalement de son doux sommeil matinal, après que la porte de sa maison a été défoncée par ces visiteurs indélicats. Sous la menace de leurs armes, le pauvre Julien est invité à les conduire chez l’autorité suprême du Lomokankro, qui constituait, apparemment, leur unique et principale cible pour cette expédition. Un coup de poignard dans le dos du neveu l’oblige à suivre à la lettre, toutes les directives et autres instructions données par les maîtres du moment.

 

Une fois chez le chef du village, ces bandits, armés de fusils d’assaut de calibre 12, mais aussi de machettes et de couteaux, lui intiment l’ordre de leur remettre toute la quantité d’or dont il dispose. Devant les hésitations de ”nanan” à satisfaire assez rapidement leurs besoins et attentes, ses hôtes se mettent en colère, et se font encore plus menaçants, brandissant l’éventualité de faire usage de leurs armes. Aussi, pour amener le chef à s’exécuter, les bandits encagoulés le tabassent copieusement sous les regards impuissants des membres de sa famille, notamment ses femmes et ses enfants, visiblement, révoltés. En définitive, les bandits partiront de la cour du chef, les bras chargés de divers objets volés, à savoir: or, bijoux de valeur, cellulaires et autres biens.

Alertés, les éléments de l’adjudant-chef, N’Guessan Koffi Denis, le commandant de la brigade-ville, arrivent promptement sur le lieu. Mais ils n’auront que leurs yeux pour constater les dégâts. Vu que les agresseurs, eux, étaient déjà loin de là. L’enquête diligentée par la brigade de gendarmerie, ne tarde pas à porter ses fruits. Car, elle a permis d’épingler deux des présumés auteurs de l’attaque : Koffi Kouamé Stéphane, âgé de 31 ans, et N’Guessan Edouard, né il y a 39 ans. Ces deux ont été rejoints, un peu plus tard, par Coulibaly Zoumana, 27 ans, un ressortissant Malien. En plus, une perquisition menée chez Edouard a permis aux éléments des forces de sécurité, de saisir un fusil calibre 12, ainsi que plusieurs munitions.

En attendant de faire toute la lumière sur cette affaire qui défraie la chronique dans le département de Tiébissou et dans toute la région du Bélier, Edouard et ses acolytes ont été déférés, le lundi 18 décembre 2017, au parquet de Bouaké, où ils auront le temps de dire leur part de vérité, et de citer les autres membres du gang ainsi que les complices éventuels de cette opération.

 

Camille SIABA (Correspondant régional)

soir info

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment