01182018Headline:

Côte-d’Ivoire: Des morts de façon atroce/Des inconnus abattent un commerçant, brûlent son corps et tuent un jeune

Depuis quelque temps, la quiétude, dans la sous-préfecture de Zou, dans le département de Bangolo, est troublée par des individus armés. Des individus qui sèment la désolation, en causant des morts de façon atroce et des blessés.

Sur les faits, nos sources rapportent que dans la nuit du lundi 27 au mardi 28 novembre 2017, le commerçant du nom de Kouadio Yao enfourche sa moto et se lance en direction d’un village situé non loin de Zou. C’est là qu’il vit.

Malheureusement, sur son chemin, il croise des individus qu’il ne devrait pas croiser. Ces derniers, des criminels, l’abattent à l’arme à feu. Les odieux malfaiteurs attachent ensuite son corps sur sa moto, qu’ils traînent sur une bonne distance. Après quoi, ils brûlent le cadavre avec l’engin. Le matin, l’horreur est découverte. Des éléments de la gendarmerie se rendent sur les lieux, procèdent à un constat d’usage et ouvrent une enquête.

Quasiment une semaine après ce drame, une autre attaque criminelle qui fait un mort, se produit sur l’axe Zou-Pinhou. Ici, nos sources rapportent que dans la journée du samedi 2 décembre 2017, quatre jeunes gens, originaires du village de Phing-Béoua, proche de Zou, se rendent dans le village de Pinhou. Ce, pour participer aux funérailles d’un proche. Sur place, les choses se déroulent assez bien pour eux. Aux environs de 2h du matin, Kan Séa, Yao Anéawoun Modeste et deux autres amis, ce sont eux dont il s’agit, pensent à présent à retourner chez eux, à Phing-Béoua. Pour cela, tous les quatre enfourchent leur seule moto et quittent Pinhou.

 

Mais après seulement 4 Km, des individus tapis dans les broussailles surgissent et libèrent un déluge de feu en leur direction. Les pauvres, avec leur engin, s’écroulent. Atteint, le jeune Kan Séa ne se relèvera plus jamais. Deux autres, plus chanceux, échappent aux balles. Ils se relèvent et prennent la fuite.

Yao Aneawon Modeste, bien que grièvement blessé au thorax, parvient avec l’aide de la pénombre, à se cacher. Puis, se traînant dans les fourrées, il atteint Zou où il informe de l’attaque sanglante que ses compagnons et lui viennent d’essuyer. De jeunes volontaires, bravant la peur, se déportent sur les lieux de l’agression. Espérant y surprendre les tueurs pour les capturer. Mais ces derniers avaient déjà quitté les lieux. Le corps sans vie de Kan Séa est récupéré et ramené au village.

Avec cet autre crime, on se pose des questions. Les tueurs du commerçant Yao Kouadio sont-ils les mêmes qui viennent de s’attaquer au groupe de jeunes gens et tuant l’un d’eux ? En tout cas, une fois de plus, la gendarmerie est à l’œuvre pour faire la lumière sur ces tueries. En attendant, c’est la psychose au sein des populations locales.

Ibrahim BAKOULE ( Correspondant régional)

linfodrome

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment