12142017Headline:

CÔTE-D’IVOIRE : Drame au sein du Camp Commando de Koumassi/ Des gamins découverts morts, enfermés dans un véhicule

frci1

Après l’assassinat de dame N’Dèye Coumba Bocar N’Dongo, ex-cadre à la Société ivoirienne de raffinage (Sir), à son domicile aux 182 logements, le jeudi 7 avril 2016, un autre drame vient de se produire, encore dans la commune de Koumassi.

Cette fois, c’est au sein du Camp Commando, soit à un jet de pierre du lieu de la première scène tragique. Deux gamins ont été découverts morts, enfermés dans un véhicule garé au sein de cette caserne militaire. La découverte macabre a été faite le lundi 11 avril 2016. Mais comment comprendre ce triste fait ?

Selon nos sources, tout commence le dimanche 10 avril 2016. Ce jour-là, en effet, comme à leur habitude, des mômes du camp, après avoir pris leur petit déjeuner, se retrouvent dans la cour, pour s’adonner aux jeux de leur âge.

Parmi ces gamins, Koffi Yannick Sidoine, âgé de 5 ans, et Amoikon Kablan Fred-Uruel qui, lui, totalise seulement un peu plus de 3 ans. Le premier nommé et sa mère vivent chez sa tante, mariée à un Maréchal Des Logis (Mdl), à peine deux mois seulement.

Quant au second, né d’un jeune couple encore sur les bancs de l’école (la mère en Terminale et le père en année de Bts), il vit avec ses grands-parents, dont le pépé est un Mdl. Les enfants comme mentionné jouent dans la cour et sur les escaliers.

A l’heure du déjeuner, les deux enfants ne pointent pas présents à leur domicile respectif. Mais on ne s’inquiète vraiment pas pour autant. Mais voilà que des heures passent, sans qu’on aperçoive l’ombre des deux mômes. Dès lors, les parents entreprennent des recherches.

On écume tous les coins et recoins. Même en dehors du camp. Ne sait-on jamais, les enfants ont pu s’extirper de la caserne sans même que personne ne s’en aperçoive. La police et d’autres voies, pouvant aider à retrouver Yannick Sidoine et Fred-Uruel, sont également saisies.

On en est là, tout en espérant retrouver les gamins sains et saufs, lorsque le mardi 12 avril 2016, une odeur pestilentielle attire l’attention d’un mécanicien-auto, vers une voiture Toyota de type Espace dans le parking du bâtiment 22. Lorsqu’on jette un coup d’œil à l’intérieur de cette voiture qui, dit-on, appartient à un parent d’un officier du camp, on se prend la tête entre les mains.

En effet, les deux gamins, portés disparus depuis le dimanche, sont condamnés dans la Toyota. Les portières défoncées, c’est l’horreur! A la vue des corps en état de putréfaction, de Koffi Yannick Sidoine et Amoikon Kablan Fed-Uruel, des cris de détresse et autres pleures fusent de partout. Mais quel triste sort, pour ses gosses arrachés tragiquement à l’affection de leurs parents et autres connaissances !

Vu que le drame s’est produit au sein d’une caserne militaire, après le constat d’usage, la brigade de recherche se saisit du dossier. Et une enquête est ouverte afin de situer sur les circonstances de ce drame. Comment les victimes se sont retrouvées dans le véhicule ?

Sont-elles mortes par étouffement ? Ou alors, avons-nous affaire à un crime que l’on veut maquiller… ? Les conclusions de l’enquête sont donc attendues. Pour l’heure, les populations sont encore sous le choc, quand les commentaires vont train.

Madeleine TANOU

linfodrome

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment