05292017Headline:

Côte d’Ivoire – Grave Accident du contingent bangladeshi de l’Onuci sur l’ Autoroute/Des soldats grièvement blessés

accident onuci

Le contingent bangladeshi de l’Onuci, parti de Yamoussoukro pour Abidjan, a été victime d’un grave accident de la circulation.

C’était le lundi 31 août 2015, sur l’autoroute du Nord. Il était environ 14h. A en croire nos sources, en effet, le voyage, depuis la capitale politique de la Côte d’Ivoire, se passait assez bien quand, malheureusement, les choses se gâtent au PK 108. A ce niveau-ci, il ressort qu’un motocycliste, au mépris de toute règle de prudence, surgit d’une piste. Et le voilà qui débouche au devant du véhicule des soldats onusiens. Vraisemblablement, c’en était fait de l’imprudent. Sauf que Dieu était avec lui.

De fait, dans un réflexe, le conducteur du véhicule des militaires donne un grand coup de volant sur le côté et évite, de justesse, d’écraser le motocycliste. Mais hélas, cette option d’humanisme n’est pas sans conséquence tragique pour lui et ses compagnons. Il perd en effet le contrôle du pick-up. Et suite à cette embardée, le véhicule onusien se retrouve pris dans une spirale de tonneaux, avant de s’immobiliser sur le terre-plein central. Pour sa part, l’inconscient motocycliste, se souciant très peu de ce qui vient d’arriver par sa faute, prend plutôt le large. Sans apporter assistance aux accidentés.

Alertés peu de temps après, l’équipe d’intervention des sapeurs-pompiers, basée à N’zianouan, se déporte sur place. Et du véhicule réduit en un tas de ferraille, sont extraits trois blessés parmi les soldats dont une femme. Les sapeurs-pompiers sont rejoints par d’autres soldats bangladeshis. Et ensemble, ils administrent les premiers soins aux victimes de l’accident. Ce, en présence des gendarmes de la brigade de N’douci, venus procéder au constat d’usage.

L’un des blessés, dans un état d’inconscience, avec une minerve au cou, a été mis sous perfusion à l’intérieur de l’ambulance médicalisée des sapeurs-pompiers. Son compagnon d’infortune, recevait des soins sur la chaussée. Tout comme la femme du groupe. Cette dernière était en pleurs. Après les premières prises en charge sur place, les trois victimes ont été évacuées sur Abidjan, pour des soins plus appropriés dans un centre hospitalier, au plateau technique beaucoup plus relevé.

Madeleine TANOU

Soir Info

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment