07282017Headline:

Côte d’Ivoire – Les «microbes» tuent et volent sans punition /au campus, les étudiants sont arretés ,battus, violés par l’armée

etudiant-blesse

 

Les «microbes» tuent et volent sans punition/au campus, les étudiants sont arretés ,battus violes par l’armée
« Un acte de justice et de douceur a souvent plus de pouvoir sur le cœur des Hommes que la violence et la barbarie »
(Nicolas Machiavel)

Dans notre pays, sous le régime Ouattara, les enfants de moins de 15 ans tuent et volent sans punition. On les appelle les « microbes ». Ces jeunes qui se sont mis sous la protection des anciens rebelles qui ont combattu pour l’actuel président ivoirien pendant la crise post-électorale de 2010-2011, sèment la terreur à Abidjan. Leur mode opératoire est simple : rester en meute et semer la panique, de préférence les jours de fête, pour augmenter leur butin mais aussi pour amplifier leur réputation. On se souvient que l’étudiante Claude Larissa Abogny avait été dépouillée puis tuée à coups de machette par le gang «des microbes» alors qu’elle rentrait chez elle à Yopougon, dans la nuit du 11 au 12 août 2015. Dans un pays normal, on s’attend à une réponse vigoureuse des gouvernants pour mettre fin à cette plaie sociale et fléau urbain. Au lieu de traquer les « microbes », le régime Ouattara a préféré jeter son dévolu sur les pauvres étudiants ivoiriens. Apres l’arrestation du secrétaire général de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI),Fulgence ASSI, c’est une expédition punitive d’une rare violence qui a eu lieu dans la nuit du jeudi 13 avril sur le campus universitaire de d’Abidjan-Cocody, faisant plusieurs blessés très graves parmi les étudiants. Des étudiantes auraient même été violées. Tout porte à croire que le régime veut « tuer » l’intelligentsia ivoirienne pour régner sans contradiction. Avant tout, il faut se souvenir que monsieur Ouattara en qualité de Premier Ministre, avait déjà en 1990 pris plusieurs mesures impopulaires à l’encontre des étudiants: suppression des cars de transport, limitation drastique du nombre de boursiers de l’état.
Dès sa prise de pouvoir, sa première décision concernant les étudiants était de fermer les universités d’Abidjan. Officiellement, il s’agissait de réhabiliter ces universités. Aujourd’hui, le président Ouattara chasse les enfants de pauvres des cités universitaires. En effet, dans la perspective des Jeux de la Francophonie qu’accueille la capitale ivoirienne en juin 2017, des milliers d’étudiants sont sommés de quitter les cités universitaires pour faire place aux athlètes qui viendront pour la compétition. C’est pour marquer leur mécontentement que les étudiants se sont mis en grève. Quoi de plus normal ! En outre, les étudiants demandent hormis la mise en pratique total du système LMD (Licence Master Doctorat), la liberté d’expression et le respect de La franchise des campus Universitaire. La seule réponse à ces revendications, c’est la force. C’est inadmissible au pays d’Houphouët qu’on traite des étudiants comme des « microbes ». Ces derniers sont à Abobo, vous les connaissez puisque c’est votre fief. Allez-y donc les chercher et laissez nos étudiants tranquilles.

PRAO Yao Séraphin

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment