03302017Headline:

Côte d’Ivoire-Odienné: Encore Trois présumés djihadistes arrêtés dans un village-Voici leurs noms

jihadist

Les faits se précisent de plus en plus. Les Djihadistes sont vraiment aux portes de la Côte d’Ivoire.

Selon l’Agence ivoirienne de presse, trois présumés djihadistes ont été arrêtés dans la nuit de samedi à dimanche dans un campement de Kotoula, dans la sous-préfecture de Tienko, entre Odienné et la frontière malienne, puis transférés lundi à Abidjan. Il s’agit d’Abdoul Karim, né en 1965 à Sokourani au Mali et maître coranique, Yacouba Koné, né au Mali et domicilié à Kotoula et leur tuteur Konaté Seydou né en 1974 à Tienko. Il a été trouvé, selon Aip, sur eux, deux fusils calibre 12, des munitions et des corans.

Dans son audition, toujours selon l’Aip, Abdoul Karim a reconnu avoir été imam dans une mosquée pendant une décennie au Mali et déclaré avoir été destitué de ses fonctions à cause de son extrémisme dans les prêches. Il serait le premier arrivé à Kotoula après les attaques de Fakola. Son complice l’a rejoint quelques semaines plus tard. Mais les villageois ayant remarqué la présence suspecte de ces deux personnes ont alerté les forces de défense et de sécurité en poste à proximité de leur village.

Depuis quelques semaines, le gouvernement ivoirien, suite aux menaces djihadistes, a renforcé son dispositif sécuritaire le long de la frontière avec le Mali voisin avec un poste de commandement basé à Goulia, afin de prévenir toute velléité d’attaque terroriste. «Les djihadistes sont à nos portes. C’est préoccupant, cela fait peur. C’est une menace réelle sur la Côte d’Ivoire, un pays laïque», avait récemment affirmé à l’Afp le député Oulata Gaho dit Pierre, président de la Commission de sécurité et de défense de l’Assemblée nationale.

Une telle nouvelle «met les populations dans la peur, la terreur», au vu de «l’énorme porosité» de la frontière terrestre ivoiro-malienne, avait observé cet ancien colonel. Rappelons que des djihadistes ont brièvement pris le contrôle mi-juillet de la ville malienne de Fakola, située à 20 km de la frontière ivoirienne, brûlant de nombreux bâtiments administratifs avant d’en être chassés par l’armée malienne. Un drapeau noir portant l’inscription «Ansardine-Sud» avait été retrouvé à la mairie de la ville. Ansar Dine fait partie des groupes islamistes qui ont contrôlé le Nord du Mali en 2012, avant d’en être chassés en grande partie à partir de janvier 2013 par une intervention militaire internationale à l’initiative de la France, qui se poursuit actuellement.

Cyrille DJEDJED

L’INTER

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment