11202017Headline:

Côte d’Ivoire /Pour un téléphone-portable : Des policiers battus à sang à Gagnoa

Les faits se déroulent, le jeudi 2017, aux alentours de 3 h du matin, au quartier « Soleil », à Gagnoa. Deux éléments de l’antenne de la Police criminelle, basée au commissariat de police du 1er arrondissement, ont été battus à sang, par un groupe de jeunes gens déchaînés.

Nos sources informent que tout part d’une histoire de vol de téléphone-portable. Il nous revient, en effet, qu’une jeune fille dont l’identité n’est pas révélée, reconnaît l’individu qui lui a volé son téléphone-portable, dans un maquis. Elle saisit, alors, un élément de la Police criminelle, qui est l’un d ses amis.

Celui-ci débarque sur les lieux et interpelle le voleur présumé. Il somme ce dernier de le suivre au poste. Mais le suspect refuse d’obtempérer. Ce qui met en courroux l’agent de police, qui voit là, son autorité bafouée. Et que fait-il ? Il se met à rouer de coups cet homme qui ose lui tenir tête. C’est à ce moment que les amis du suspect rentrent dans la danse.

Munis de gourdins, de bouteilles et d’armes blanches, ils foncent sur l’agent de police. Ils le happent et commencent à le battre. L’un de ses collègues qu’il reçoit en renfort, n’est pas mieux loti. Lui aussi est appréhendé par la meute sur les dents. Le pauvre est également soumis à une violente bastonnade. Les infortunés éléments de police, sur lesquels il pleut des coups, et qui en donnent aussi, réussissent à s’extirper des mains de leurs bourreaux.

Dans leur fuite, l’un se réfugie dans les toilettes d’un maquis voisin. L’autre qui parvient à enfourcher sa moto, tente de s’échapper, en direction de sa base, en vue de faire appel à du renfort. Mais l’un de ses poursuivants, un râblé, au prix d’un tacle rageur, réussit à déséquilibrer la moto. Et l’engin se renverse, avec son occupant.

Là, le malheureux policier est à nouveau cueilli. A la merci de tous ces désœuvrés enragés, qui le désarment en plus, il est violemment passé à tabac. Alors que vraisemblablement, il court vers un péril certain, il est in extremis sauvé, par un autre agent de police. Ce dernier, au prix de sa vie, arrive à le sortir des griffes des « assaillants », qu’il repousse. Et mieux, à reprendre son arme de dotation, à ceux-ci.

Plus tard, les deux malheureux flics, grièvement blessés, sont évacués dans un centre hospitalier. Par ailleurs, trois de leurs agresseurs, formellement identifiés, sont arrêtés. Les autres, sont activement recherchés. Manquer ainsi de peu, de périr, pour un simple…téléphone-portable. Quelle histoire !

 

Claude KOUDOU (Correspondant régional)

soir info

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment