07282017Headline:

Côte-d’Ivoire –Prison civile: Un grand coup déjoué à la Maca

maca don

Des détenus à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Maca), au nord de Yopougon, selon nos sources, préparaient activement une évasion massive, le dimanche 14 février 2016. Mais là, manque de pot pour eux, le plan a foiré.

Et comment les autorités ont-elles pu déjouer ce coup savamment orchestré? A en croire des indiscrétions, le jeudi 11 février 2016, tout a commencé par le fait que l’un des prisonniers qui prenait part aux réunions secrètes, ait échappé à un lynchage par les siens, au vu et au su de tous. Pressé de questions -cuisiné comme on le dirait-et ayant le dos au mur parce qu’il s’agit d’une question de vie ou de mort, il a fini par lâcher le gros morceau: l’évasion en préparation. Selon l’homme qui avait été condamné en 2011 à 5 ans de prison pour vente de drogue et qui bénéficie de quatre ans de grâce présidentielle, ses codétenus lui en veulent parce qu’ils le soupçonnent d’être une taupe, dans leur rang. Depuis lors, pour sa sécurité, il est obligé de passer le plus clair de son temps au service Fouille, sous la protection des autorités judiciaires, en espérant que sa demande de purger le reste de sa peine jusqu’en novembre dans une autre prison, notamment à Grand Bassam, soit acceptée. A part lui, d’autres détenus, pour prévenir la foudre qui risquait de tomber sur eux, s’ils étaient cités dans le coup, sont passés à l’aveu. Ils ont alors dévoilé le plan diabolique. Et on en retient que des personnes armées devraient être prépositionnées derrière la clôture, pour faciliter l’exécution du projet. Une réunion secrète «entre initiés» devait alors se tenir, le samedi 13 février 2016, pour affiner la stratégie d’attaque. Bien entendu, les gestes et mouvements des gardes pénitentiaires et des rondes, devaient être bien étudiés. Il ressort également des propos de ceux désormais appelés «traîtres » par leurs codétenus, que des prisonniers ont dans leur cellule, des armes et pas n’importe lesquelles. Deux kalachnikovs et un pistolet automatique ont été cités, sans compter les armes blanches. L’assaut, a-t-on appris, ne pouvait pas échouer. Des enquêtes étaient en cours pour retrouver les armes, selon nos sources.

Dominique FADEGNON

 

soir info

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment