04242018Headline:

Côte d’Ivoire: Scandale à l’Institut des aveugles, une aveugle de 20 ans violée par un ouvrier

La célébration mondiale de la journée des handicapés a lieu le 3 décembre de chaque année.

Cette célébration s’est déroulée hier à Abidjan, à l’Institut des aveugles sis à Yopougon sous le parrainage de la Grande Chancelière et la présidence du ministre de l’Emploi et de la protection sociale.

En marge de cette cérémonie, Souaga Kouamé Jean-Luc, déficient visuel, enseignant à l’Institut national supérieur des arts et d’action culturelle (INSAAC) a joint par téléphone la rédaction de koaci.com pour l’informer du viol d’une jeune pensionnaire.

Professeur de musique à l’INSAAC, a soutenu que ces faits extrêmement graves se sont déroulés le dernier lundi du mois de novembre.

Il a expliqué que la victime âgée d’environ 20 ans,aveugle totale, a été violée, par le nommé Kié Marcelin, un ouvrier en charge de la construction de dortoir des filles.

Selon lui, ce dernier a abusé de la jeune fille au moment où elle se rendait chez le cuisinier pour faire réparer sa canne.

«Kié Marcelin l’a appâté avec de la viande de poulet et après quoi, il s’est mis à la violenter, » a précisé Souaga Kouamé Jean-Luc.

«Informée de cette agression sexuelle, les pensionnaires par la voix de leur représentant, ont saisi le Directeur de l’Institut des aveugles qui a indiqué qu’il ne détenait pas de preuves pour poursuivre l’accusé, » a-t-il ajouté.

Toujours en vue de trouver une solution à ce problème, selon lui, l’Association pour la promotion des femmes aveugles a rencontré le Directeur une semaine après les faits.

Malheureusement, comme nous l’a indiqué le Professeur de musique, ce dernier n’a entrepris aucune démarche en vue de tirer au clair cette affaire. «Il a plus tôt demandé aux femmes de garder le silence et ne rien faire, mais elles ont porté plainte à la Gendarmerie de Toit rouge dans la commune de Yopougon,» a expliqué, M. Souaga.

L’enseignant a affirmé que dans sa tentative d’étouffer ce scandale, le Directeur de l’Institut des aveugles accuse une autre personne d’avoir commis ce viol sur la jeune fille d’environ 20 ans alors que cette dernière a mis en cause à maintes reprises l’ouvrier.

Vrai où faux !

Le Directeur de l’Institut que nous avons pu joindre par téléphone ce matin a affirmé qu’il a été effectivement saisi de cette affaire de viol.

Il a ajouté que l’affaire suit son cours et dès aujourd’hui, il se rendra au commissariat pour porter plainte.

Le Directeur a annoncé qu’il a entrepris cette démarche près avoir rendu compte à l’autorité seulement hier, en marge de la célébration de la journée mondiale des handicapés.

Il assure que la jeune fille a été d’abord reçue à l’Institut social, ensuite par un médecin et à son retour du commissariat, elle sera examinée par un gynécologue.

«En prenant ces précautions, je ne veux pas que la victime accuse un innocent d’autant plus qu’elle entretenait des relations sexuelles avec plusieurs partenaires, » a révélé, le Directeur.

Nous apprenions par ailleurs que 7 ans en arrière, qu’une scène similaire se serait produite dans le même institut.

Une fillette en CEPE aurait été violée par un vigil et le Directeur en complicité avec l’employeur des vigils ont étouffé l’affaire.

Le silence des parents de la fillette aurait été acheté à 100 mille FCFA et depuis ce jour, la victime ne s’est plus jamais rendue à l’Institut.

Face à ces deux cas de viol, Souaga Kouamé Jean-Luc estime que le moment est venu pour lui de tirer la sonnette d’alarme pour que ces pratiques cessent à l’Institut des aveugles.

Wassimagnon, Abidjan

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment