08172017Headline:

Côte d’Ivoire: Suite au transfèrement du richissime Ousmane Bamba à la MACA /De nouvelles graves révélations-Un premier ministre cité

Prétendu détournement de 10 milliards FCFA: De nouvelles graves révélations sur l’affaire Ousmane Bamba, Un premier ministre cité

L’affaire Ousmane Bamba n’a pas encore fini de livrer tous ses secrets. Un des frères du richissime homme d’Affaire de Tiébissou s’est invité dans le débat et fait de graves révélations.

Suite au transfèrement du richissime homme d’affaires de Tiébissou, Ousmane Bamba, à la Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan (MACA) relativement à l’affaire de détournement portant sur la somme de 10 milliards qui l’oppose à son associé, René Yédiéti, le frère cadet de Ousmane Bamba a réagi. Issouf Bamba n’use pas de la langue de bois pour s’attaquer au Directeur Général de la Librairie de France. Pour lui, René Yédiéti aurait approché un ancien Premier ministre pour faire pression sur la justice ; sinon, soutient-il, le dossier est vide. « Le dossier en lui-même est vide. Mais ils sont obligés de le remplir. Dans le fond, nous savons que le juge d’instruction était contraint d’adopter une telle position. Une mésintelligence entre associés ne peut pas conduire au pénal », croit-il savoir.

Etant donné que René Yédiéti, est également associé aux adversaires politiques de Ousmane Bamba, informe-t-il, le lien est vite fait. « Pendant la campagne pour les législatives, ce même ex-Premier ministre a menacé Ousmane Bamba de le faire déférer. Aujourd’hui c’est chose faite, il faut que la population ivoirienne sache les tenants et aboutissants de cette affaire. Cerise sur le gâteau, René Yédiéti vient d’être décoré par un parti politique dont il est très proche», renseigne-t-il.

Pour le frère cadet de l’accusé, les chefs d’accusations sont aussi imaginaires que fallacieux. « Quels sont les chefs d’accusations? Abus de biens sociaux et faux en écriture. Dans le premier cas, l’abus de biens sociaux s’applique à un gérant. Mais Ousmane Bamba n’est pas un gérant. Dans le second cas, c’est la banque et elle seule qui doit parler de faux en écriture», indique Issouf Bamba. Selon qui, son aîné Ousmane Bamba, patron d’une Holding de 12 entreprises et connu pour ses actions humanitaires à Tiébissou, serait victime de ses ambitions politiques. « On ne peut pas servir du vent aux gens et faire arrêter un honnête citoyen. Nous espérons fortement que justice sera faite», espère-t-il.

linfodrome

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment