07272017Headline:

Côte d’Ivoire: Un jeune proxénète découpé à la machette à Marcory

homme-mort

Une odieuse mise à mort d’homme a été donnée de vivre par des témoins, à l’espace autrefois très chaud, dénommé « Mille maquis », dans la commune de Marcory.

C’était dans la nuit du samedi 3 au dimanche 4 septembre 2016. A en croire nos sources, ce jour-là, il est environ 2h du matin, quand le commissariat de police du 9ème arrondissement est alerté sur cette tragique affaire. Les flics qui s’y rendent, découvrent effectivement, non loin du marché, un corps sans vie, baignant dans une horrible mare de sang. C’est celui d’un jeune homme d’une vingtaine d’années.

Vêtu d’un K-way de couleur rouge, d’un pantalon Jeans noir, et chaussé d’une paire de basket, il présente sur le corps, d’affreuses blessures insoutenables. Notamment, au visage, au bas-ventre, au cou, aux bras, aux jambes, dans le dos. Le jeune homme est quasiment découpé. Son corps n’est plus pratiquement, qu’un tas de chair sanguinolent. Mais comment expliquer cette boucherie ?

Dans l’entourage, l’on apprend que le jeune homme que les flics n’ont pu identifier, faute de pièces administratives, est connu sous le seul nom de Dramane alias « Kass ». Et les activités qu’on lui connaît, ne sont pas vraiment dignes. Il se dit, en effet, que « Kass » vit de proxénétisme. Il livre à des clients, sur des plateaux d’or, des filles de mauvaise vie, forcément. Et il reçoit en retour, des émoluments relativement gracieux. Mais ce n’est pas tout. Il donne beaucoup de relief à ses gains, en arborant parallèlement, la casquette du dealer.

Est-ce dans le cadre de ses activités lugubres, qu’il a été exécuté ? La réponse n’est pas encore très précise à ce niveau. On apprend seulement que la nuit des faits, aux alentours de 2h du matin, une horde humaine, composée de 20 jeunes hommes, au moins, est aux trousses de Dramane, dans une véritable chasse à l’homme. Et on entendait les poursuivants hurler : « C’est lui ! c’est lui ! ». Et après avoir rattrapé « Kass », ils lui portent de violents coups, à l’aide des machettes en leur possession. Et après s’être rassurés qu’ils l’ont tué, ils se dispersent dans la nature.

La police qui termine son constat, fait enlever le corps sans vie, qui prend ensuite le chemin de la morgue de l’hôpital général de Port-Bouët. Des investigations de la police suivent présentement, pour connaître tous les contours de cette horrible mise à mort.

KIKIE Ahou Nazaire

linfodrome

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment