05282020Headline:

Côte d’Ivoire: une ampoule caméra saisie dans un hôtel à Yopougon avec près de 300 vidéos, les clients menacent le gérant

Le voyeurisme gagne de plus en plus de terrain avec l’essor des technologies et des ruses de plus en plus affinées de la part des gérants d’hôtel de passe cyniques . L’un de ces derniers s’est fait épinglé par un de ces clients d’une prudence subtile et le déballage ne sera pas sucré pour les habitués de cet hôtel.
Cela s’est passé le samedi dernier, 11 Avril à 20h30 dans un hôtel de passe des plus fréquentés de Yopougon Niagon. Une foule déchainée avait pris les abords de cet hôtel où un couple en était aux prises avec les gérants et la raison de leur altercation n’était rien d’autre qu’un voyeurisme savamment mis au point par les maîtres du lieu. selon les témoignages les gérants vicieux de l’hôtel prenaient le clair de leur temps à filmer et enregistrer les ébats de leurs clients de par une caméra intégrée à une ampoule. C’est au passage du dernier client que le pot aux roses fut découvert autrement dit dans le jargon le papot est cassé. Toujours selon les explications Monsieur K.N, technicien de surface venu lover avec sa petite chérie s’aperçoit après une heure de jambes à l’air que la chambre était munie de deux ampoules, une ampoule du type Led et une autre ampoule qui quoique banale émettait un clignotement peu banale qui attira son attention. Dès lors il l’ausculta de plus près et grande était son angoisse de constater que c’était en fait une caméra cachée. Donc leur partie de jambes à l’air a-t-elle été filmé puis enregistré ? Il se rhabilla rapidement sans donner d’explication à sa compagne puis alla claquer la porte du réceptionniste tout en criant au scandale, il mata sévèrement l’un des gérants qui détala de l’hôtel comme une lièvre. Il menaça le réceptionniste et les gérants d’une plainte à la police accompagnée d’une poursuite judiciaire, réalisant la gravité de leur acte délictueux, ils passèrent aux aveux et reconnurent avoir filmé 300 ébats sexuels de ce fait possédant jusqu’à 300 vidéos enregistrés. Malgré leur aveu, le lendemain la police les embarqua et les inculpa. Pour l’instant la police a saisi la clé usb contenant les vidéos, ce qui semble rassurer les clients, mais la question qu’on pourrait se poser et si les vidéos avaient été propagées sur les réseaux sociaux ? Comme le dirait les anglais: “Wait and see”.0.

Boyo Boyo News 24

Comments

comments

What Next?

Recent Articles