05302017Headline:

Côte-d’Ivoire –Une étudiante et une esthéticienne enlevées et violées par quatre hommes à Port-Bouët

femme viole

Pour Mlles E.A, esthéticienne et G.D qui, elle est étudiante, le mardi 25 août 2015 restera un jour de triste mémoire. Un jour où elles ont été souillées dans leurs corps et leurs âmes.

Cette nuit-là, en effet, nos sources rapportent que les deux jeunes filles, aux alentours de 22h, empruntent un taxi-compteur à Yopougon. Direction, l’aéroport Félix Houphouët Boigny, à Port-Bouët. Toutefois, il n’est pas précisé si elles vont de ce pas, embarquer dans un avion ou alors, accueillir un ou des proches. En tout cas, un peu plus tard, le taxi est à Port-Bouët. Il passe la statue « Akwaba » et le voilà à présent, sur la voie qui conduit directement à l’aéroport. Mais à mi-chemin, le chauffeur s’excuse auprès des deux jeunes filles et gare son véhicule. Ce, dit-il, pour se soulager d’un besoin naturel pressant.

Mais alors que ce chauffeur met pied à terre, surgissent de la pénombre, quatre quidams. L’un d’eux est muni d’un couteau. Ces individus somment ensuite les deux jeunes filles, de descendre de voiture. Et menaçant de les tuer, ils les conduisent dans la broussaille d’à côté, sans que le taximan ne daigne voler à leur secours. Au contraire, il reprend le volant de sa voiture et disparaît.

Loin à présent de la grande voie, les gangsters dépouillent les jeunes filles de leurs sous, leurs téléphones-portables et autres. Après quoi, les malfaiteurs se scindent en groupes de deux. Ainsi, deux scélérats empoignent l’étudiante, quand leurs deux autres comparses s’occupent de l’esthéticienne. Après les avoir déshabillées, les malfrats soumettent les pauvres filles à un viol collectif où, dans une totale bestialité, ils libèrent des râles sauvages. Des râles révoltants qui témoignent de tout le plaisir qu’ils viennent de tirer de ce coït abject et sans protection. Exposant pour sûr, l’étudiante et l’esthéticienne, à des infections sexuellement transmissibles. Fourrant ensuite leurs odieux attributs sexuels dans leurs frocs, les gangsters doublés de violeurs, abandonnent leurs victimes et prennent la clé des champs.

Des victimes complètement brisées moralement et physiquement. Sorties de cet enfer, G.D et E.A qui n’entendent pas du tout que cet acte, fut-il honteux pour elles, reste impuni, vont avec courage, tout expliquer à la police. Les enquêteurs, en possession de la description des malfaiteurs, sont à la recherche des ces derniers.

KIKIE Ahou Nazaire

linfodrome.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment