12102016Headline:

Côte d’Ivoire –Voici Qui était réellement le microbe « Zama »atrocement lynché, découpé et brûlé à Attécoubé

microbe brule

Les restes du corps du chef de gang dans la cendre ce mercredi à Abidjan

Mercredi 15 avril 2015 – Après l’horreur des images de la mise à mort barbare rendue publique mardi soir sur KOACI, voici ce qui reste de Zama, le redoutable chef de gang les microbes découpé et brulé par une horde d’individus en furie. Quelques organes brûlés et la cendre comme constaté sur place.

Après John Pololo, autre bandit tristement célèbre, c’est la première fois qu’une commune entière dans la ville d’Abidjan fête la mort d’un bandit, aussi horrible et injuste fut elle même si l’homme a causé le mystère des populations pendant plus de cinq ans durant.

« Zama » était en fait Traoré Mamadou, il était âgé de 24ans.

Fortement éprouvé par l’influence dévote de sa famille dans le quartier de Boribana, qui le contraint à fréquenter l’école coranique, Traoré Mamadou dit Zama Search Zama développe en lui une sourde violence qui le prédisposera à la carrière de bandit.

A 19 ans il commet son premier homicide dans la commune d’Attécoubé et doit prendre le maquis avant de réapparaître.

Il se renforce alors avec une bande armée d’adolescents qu’il baptise les microbes. Leur but, terroriser les populations d’Attécoubé, comme nous le confirmerons nombre de témoignages recueillis de personnes les ayant bien connu et vu évoluer parfois dans l’indifférence ou l’impuissance et le peur, vers le pire.

L’homme a éventré une femme enceinte, tué deux hommes qui allaient très tôt le matin au travail…. On cite pas mal de crimes commis par ce dernier où qui portent les griffes de son groupe dans cette commune.

Sa dernière victime remonte seulement au dimanche 12 avril à Azuretti selon des témoignages, où l’homme a agressé et assassiné un homme.

C’est d’ailleurs cette action qui conduira les habitants de la commune d’Attécoubé à organiser des recherches pour dénicher le scélérat à Yopougon Gesco où il s’était encore une nouvelle fois réfugié après son forfait.

Mardi soir vers 17heures, l’homme sera transporté de force à bord d’un véhicule, en compagnie d’un de ses complices pour être abandonné en plein coeur de la commune d’Attécoubé dans le quartier d’Abras.

La suite, elle sera ce que tout le monde a pu voir depuis mardi sur KOACI.

Mercredi matin quelques parties de ses organes nobles comme son cœur et son foie brûlaient encore dans le feu. Le reste de son corps a complètement disparu dans la cendre.

Atroce pour l’opinion, sa mort le fut bien moins pour les populations de cette commune comme libérés de ce Bartolli des années 20. A présent Traoré Mamadou dit Zama Search Zama fait parties de l’annale des histoires les plus tristes.

Il n’avait par ailleurs étrangement jamais été inquiété ou arrêté par les forces de l’ordre. Cette état de fait laissera les observateurs, l’ayant peut être connu par il y a quelque mois par des articles de KOACI, qui déjà révélaient la dangerosité de l’individu, très interrogatifs quant aux réalités sécuritaires ivoiriennes.

Ces même forces de l’ordre qui à aucun moment ne seront, là encore étrangement, intervenues pour sauver l’individu seul face à l’horreur entre le moment des coups de pierre et de marteau et le découpage en public et dans une ambiance de folie populaire, à la disqueuse digne des plus insupportable films d’horreur.

Notons que d’autres du genre, tel qu’ « Amara le gros », qui fait la loi à Abobo, agissent toujours et bénéficient également pour se faire de la passivité incompréhensible des forces de l’ordre au regard de la gravité des délits dont ils sont auteurs ou à l’origine.

Selon nos informations, à cette heure, aucune interpellation des tueurs de Zama, reconnaissables sur les vidéos, n’a été entreprise par la police du pays dont le degré de barbarie a pu être mesuré par le monde entier.

Adriel, Abidjan
Koaci.

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment