07232017Headline:

Côte d’Ivoire:Cybercriminalité /La bande du brouteur ,le commissaire 5500 mise aussi aux arrêts

brouteurs 5500

Après commissaire 5500, sa bande mise aux arrêts pour escroquerie

La Plateforme de Lutte Contre la Cybercriminalité (PLCC) est le cauchemar des cyber-délinquants ces derniers jours, après avor mis la main sur le “commissaire 5500”, c’est au tour de sa bande de subir la rigueur de la loi.

M’baye Salif alias « Lenoir », Sylla Abdoulaye alias « Abou champion », Banse Abdoul alias « Nourou le tourbillon », Sangaré Siriki alias « président Drogba » et Drah Mohamed, suspectés de pratiquer la cyberdélinquance ont été interpellés par les agents de la PLCC.

“L’analyse des éléments en leur possession par le Laboratoire de Criminalistique Numérique (LCN), de la Direction de l’Informatique et des Traces Technologiques (DITT) a permis de découvrir de nombreux faux documents administratifs et bancaires dont des messages de menaces, des codes mtcn, des codes pcs, des vidéos et photos à caractère sexuel, des messages de détresses et des messages d’amour” indique la plateforme.
Des vidéos et des photos où les suspects s’exhibaient avec des liasses de billets de banques dans leur maison, dans des voitures, dans des bars et des boîtes de nuit ont également été découvertes sur eux.
Les dénommés M’baye Salif, 23 ans, Banse Abdoul, 21 ans ont été interpellés en compagnie de Raimi Abdoulaye alias « commissaire 5500 ». Quand à Sylla Abdoulaye, 20 ans, Sangaré Siriki, 20 ans et Drah Mohamed, 17 ans, ils ont été arrêtés en pleine conversation, sur les réseaux sociaux avec des personnes de type européen avec des profils de jeunes filles aussi de type européen, lors de la perquisition au domicile de Raimi Abdoulaye, situé à Koumassi Remblais, résidence Boman.
Interrogés, tous les suspects déclarent être des cyberescrocs. Ils ajoutent que leur spécialité est le love tchat (arnaque aux sentiments). Le dénommé Drah Mohamed lui prétend travailler pour Sangaré Siriki qui est son mentor dans l’activité de la cyberdélinquance.
Les suspects, conduits devant les autorités compétentes pour répondre des faits qui leur sont reprochés, pourraient être poursuivis pour utilisation frauduleuse d’éléments d’identification de personnes physique et morale, escroquerie en bande organisée sur internet.
lebabi

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment