09262017Headline:

Cote d’Ivoire/Encore des Affrontements entre populations: Un poste de gendarmerie attaqué , une habitation saccagée à Bangolo

affrontement-chretiens-et-inities-du-poro

Bangolo/ Affrontements entre populations: Un poste de gendarmerie attaqué

Une habitation saccagée
Une vive altercation a éclaté, le vendredi 22 avril 2016, entre deux communautés, notamment des autochtones et des allochtones dans le village de Zou, situé à une soixantaine de kilomètres au sud de Bangolo. Des affrontements qui ont fait d’importants dégâts, dont un poste de la gendarmerie et une habitation. Le sous-préfet de cette localité, Ouattara Yacouba, que nous avons joint par téléphone, a confirmé l’information .

« Nous nous sommes réveillés ce matin avec des barricades sur les artères principales du village jusqu’à mon bureau. Nous avons trouvé des jeunes très remontés et se faisant menaçants. J’ai tenté de les calmer en leur disant que la violence ne pouvait en aucun cas résoudre un problème. Nous sommes à pied d’œuvre pour ramener totalement le calme et pour que les populations vaquent à leurs occupations », a relaté Ouattara Yacouba, qui a donné sa version des faits. « Pour ce que je sais, c’est en 1999 qu’un jeune allochtone aurait acheté une portion de terre à un autochtone. C’est en voulant mettre cette parcelle en valeur qu’il a été stoppé par des jeunes, se disant propriétaires du domaine. Les choses ont dégénéré quand le dimanche dernier, lors de la visite du terrain, une bagarre a éclaté entre les deux protagonistes. Au cours de cette altercation, le jeune autochtone a essuyé des coups à l’arme blanche », a expliqué l’autorité.

Il ressort des témoignages recueillis auprès de Naéblé Oula, un jeune manifestant, une fois la bagarre passée, le jeune allochtone s’est rendu à la gendarmerie et aurait confié aux gendarmes qu’il été battu par trois personnes. Sans ménagement, le jeune autochtone en question a été arrêté dans la journée du jeudi 21 avril. Une situation qui a mis le feu aux poutres.

Le vendredi 22 avril , les manifestants ont érigé des barricades en divers endroits de cette localité et ont exigé la libération du paysan arrêté. La tension est resté vive jusqu’à 15 h où des jets de pierres fusaient de partout. Des gendarmes et des éléments des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (Frci), stationnés dans ce village, ont dû intervenir pour éviter tout débordement.

Une source sécuritaire nous a annoncé que, sur intervention du sous-préfet, les barrages ont été levés. Le jeune homme gardé à vue a été également libéré. Notons qu’à Zou, comme dans de nombreux villages de Bangolo, les conflits fonciers ont toujours abouti à des affrontements sanglants.

Il y a quelques années, le village de Taobly-Gaé était rasé par de jeunes paysans allogènes qui n’appréciaient pas que l’un des leurs ait été dépossédé de sa parcelle.

Ibrahim BAKOULE (Correspondant régional)

Soir info

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment