10242017Headline:

Côte d’ivoire:Le secrétaire général de la préfecture de Bouaké révèle: «Les grenades offensives circulent partout à Bouaké»

Côte d’ivoire: Koné Vakaba, secrétaire général de la préfecture de Bouaké révèle: «Les 12.7, les grenades offensives circulent partout à Bouaké»
Après les récentes découvertes d’armes dans la ville de Bouaké, les autorités locales avec à sa tête le secrétaire général  de la préfecture de Bouaké KONE VAKABA,ont organisé une réunion de sensibilisation des différentes couches de la société sur la question des caches d’armes dans la ville de Bouaké vendredi 26 mai 2017 dans salle de mariage de la mairie de Bouaké.
« Nous avons initié cette rencontre sur instruction de monsieur le préfet de la région de Gbêkê, préfet du département de Bouaké et sur instruction expresse de monsieur le ministre d’Etat, ministre de l’intérieur et de la sécurité par rapport aux événements que nous venons que nous venons de connaitre à Bouaké. L’heure est grave à Bouaké, les armes circulent partout, des armes dangereuses circulent partout, les 12.7, les grenades offensives, ya beaucoup d’armes dangereuses qui circulent à Bouaké. Mais il s’agit de récupérer ces armes par tous moyes et les remettre à qui de droit c’est à dire les militaires qui sont chargés de manier ces armes », a-t-il révélé.
Le procureur de la république près du tribunal de première instance de Bouaké Koné Braman a saisi l’occasion pour appeler les uns et les autres à déposer les armes encore cachée chez afin d’éviter la sanction que prévoit la loi.
« Toute personne quiconque sans autorisation qui détient, qui acquiert, qui cède une arme à feu, minutions ou éléments de munitions est passible de poursuite judiciaires et encourent une peine d’emprisonnement de 5 à 10 ans et d’une amende de 500 mille à 5 millions s’il s’agit des armes de 1iere,2ième et de 3ième catégorie, or les armes qui ont été découvertes ici à Bouaké sont des armes de guerre. Aujourd’hui il s’agit pour nous de mettre l’accent sur la sensibilisation, amener la population à déposer les armes au plus tard le 31 mai 2017 ». Koné Braman a continué en ces termes « Aujourd’hui nous avons dit c’est la phase A, la sensibilisation. Au terme de cette sensibilisation nous allons passer à une phase B et nous ne souhaitons pas passer à la phase B. A la phase B, si les armes ne rentrent pas nous allons appliquer ce que nous avons prévu à ce niveau pendant ce temps, toute personne qui sera interpellée et trouvée en sa possession une arme sera poursuivie et si ces parents savaient qu’il détenait pertinemment cette arme, les parents pourront être également poursuivi pour recèle de malfaiteur »,a exhorté le procureur de Bouaké.
Tous ces évènements ont des répercussions négatives sur les activités économiques de la ville de Bouaké. « Ça un impact des plus négatifs.Ca fait quelques jours que j’ai été approché par la société ‘’Carrefour qui voulait ouvrir une circusalle des 2018 à Bouaké et pour l’instant ils sont plutôt sur la négative par rapport à cet investissement. On perd beaucoup et surtout c’est qu’on effraie les investisseurs et donc il est difficile pour nous qui sommes à la recherche du développement de notre cité de pouvoir promouvoir ce développement. C’est très difficile d’aller dire à quelqu’un vient mettre tes biens à Bouaké dans la mesure où Bouaké à un indice d’insécurité bien plus fort que celui de la moyenne du pays. Ca fait 15 jours qu’on ne travaille plus. Au niveau des taxes municipales de la mairie, nous avons une moyenne de l’ordre de 4 à 5 millions par jours », a affirmé le maire de Bouaké Djibo Yousouf Nicolas.
Toute la population de Bouaké souhaite ardemment que cette opération connaisse un franc succès pour mériter son nom ‘’capitale de la Paix’’.

Donatien Kautcha, Abidjan et Source sur place à Bouaké

koaci

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment