10192018Headline:

Drame: Gonzague-ville, on croyait révolue, complètement derrière nous, cette époque-là, d’exécution sommaire d’individus, par le feu; Que non vraisemblablement.

On croyait révolue, complètement derrière nous, cette époque-là, d’exécution sommaire d’individus, par le feu. Que non vraisemblablement. La preuve de cette barbarie qui rappelle le temps de la pierre taillée, a été donnée éloquemment, à Gonzagueville, dans la commune de Port-Bouët. Ces tristes faits se sont produits dans la nuit du dimanche 23 septembre 2018.

De fait, rapportent nos sources, ce soir-là, aux alentours de 20h, la police est saisie de ce qu’un individu à maille à partir avec la population. Une population déchaînée, en train vraisemblablement de lui faire la peau. Sans perdre de temps, les flics foncent sur les lieux. C’est non loin des locaux de l’établissement scolaire « Le Pédagogue ». Mais lorsque les agents de police débarquent sur place, il est déjà bien trop tard, pour sauver le supplicié. L’individu en question, n’est plus qu’une torche humaine, dont la chair grille. Laissant échapper dans les airs, une odeur de viande braisée. Sauf que ce n’est pas de cette viande braisée là, que l’on voudrait dans ses assiettes. L’homme est en train de cramer. Et tout autour, une foule excitée.

Mais que s’est-il passé ? On apprend que l’individu, est un voleur sur qui, ses victimes ont mis la main. Et rapidement, la clameur a enflé. Alors que certains font preuve de bon sens, en indiquant qu’il faut le conduire à la police, d’autres, les plus nombreux du reste, exaspérés disent-ils, par les actes criminels perpétrés dans le quartier, décident plutôt d’un châtiment. Ici et maintenant. Pas donc question de police, pour ce gars d’une trentaine d’années les suppliant.

Copieusement battu et affaibli par les blessures dues aux nombreux coups reçus, il est aspergé d’un liquide inflammable. Après quoi, il est balancé sur lui, une allumette sur lui. Le voilà donc qui prend feu. Son engin à deux roues, traînant près de lui, subit le même sort. La moto est donc elle aussi, incendiée.

Plus tard, les services des pompes funèbres alertés, arrivent sur les lieux. Ils enlèvent ce qu’il reste du ce corps calciné et vont le faire conserver à la morgue du Chu de Treichville.

Il est question maintenant pour la police, d’établir la vérité sur cette mort par le « bûcher ». Il faut absolument savoir qui est cet homme qui n’a pu être identifié. Et savoir également, si les faits de vol qui lui sont imputés, sont effectifs. Les enquêteurs de la police sont donc à l’œuvre, pour donner des éléments de réponse à ces préoccupations-là.

KIKIE Ahou Nazaire

 

linfodrome.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment