10202017Headline:

France: Un jeune Ivoirien de 15 ans meurt écrasé coincé sous une voiture en mouvement

Poursuivant, il fait savoir que sans une réelle solution, les agents renvoient ces mineurs vers les forces de police. Ils l’ont fait ce soir-là.

Ce lundi 7 août, des syndicats, des associations de soutien aux mineurs étrangers isolés, la Ligue des droits de l’homme et le réseau éducation sans frontière constitués en un collectif ont adressé une lettre ouverte au préfet de la Gironde, après la mort d’un enfant de 15 ans, le 2 mai dernier,  sur le parking de l’hôpital Pellegrin à Bordeaux.

Selon le site Sud-Ouest qui rapporte l’information, Souleyman est arrivé le 1er mai dans la ville et retrouvé mort, le 2 mai, sur le parking de l’hôpital Pellegrin à Bordeaux. Le média indique qu’un professionnel du Chu « l’a gravement percuté ». La conductrice, un agent d’entretien de l’hôpital qui se rendait à son travail, « n’aurait pas vu le corps du mineur qui se serait coincé sous sa voiture et l’a traîné sur plusieurs dizaines de mètres ».

Ainsi, le collectif indigné face à cette situation qu’il estime être de trop, relève des manquements des services de l’État. Selon lui, Souleyman aurait sollicité les travailleurs sociaux dans la nuit du 1er au 2 mai.

Pour le collectif, confronté à des mineurs non accompagnés (Mna), c’est-à-dire des étrangers de moins de 18 ans séparés de leurs deux parents, les agents les orientent normalement vers le Service d’accueil et d’évaluation des mineurs non accompagnés. Mais, les soirs et les week-ends, l’institution est fermée.

Poursuivant, il fait savoir que sans une réelle solution, les agents renvoient ces mineurs vers les forces de police. Ils l’ont fait ce soir-là. « Rien ne prouve que l’enfant soit effectivement présenté au commissariat », indique l’article le journal. Les signataires de la lettre font, par contre, état de cinq refus de prise en charge de mineurs isolés au commissariat de Bordeaux, entre avril et juillet.

Selon Sud-Ouest, la procédure judiciaire est en cours pour établir si la conductrice a commis une faute. Mais la présence du jeune homme, « assis à un endroit où il n’avait pas lieu d’être, dans une rampe en courbe avec peu de visibilité », et son absence de cri à l’impact, pourrait confirmer l’hypothèse selon laquelle l’agent du Chu ne s’est pas rendu compte du drame, relève Sud-Ouest.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment