10202017Headline:

Frayeur et panique au grand marché d’Abobo : Voici ce qui se dit sur l’incendie du marché

Frayeur et panique au grand marché d’Abobo samedi nuit : Voici ce qui se dit sur l’incendie du marché

Plus de peur que mal. C’est le moins qu’on puisse dire après cette nuit folle du samedi 23 septembre 2017 au grand marché d’Abobo. C’est qu’après l’incendie qui a ravagé le marché de la commune, le dimanche 17 septembre 2017, un autre feu s’est encore déclenché le samedi dernier peu après 20h dans le grand marché.

Ce qui a entrainé une scène de débandade et de frayeur. Des hommes à grande enjambée courraient dans cette pénombre pour aller vers le marché. Des femmes âgées, certainement des commerçantes trahies par le poids de l’âge, les deux mains pour certaines sur leurs têtes appelaient à la clémence de Dieu. Les soldats du feu, alertés, sont arrivés très vite à circonscrire cette fois-ci ce feu qui refusait visiblement de s’éteindre. Le dimanche 25 septembre 2017, des femmes commerçantes approchées ont estimé que l’incendie du marché d’abord serait suspect. K. Adjaratou, la trentaine a argué que, le feu qui a ravagé leurs marchandise a été commandité : « Tassouman brêbrê tê, walaye ! (ndlr ce n’est pas un vrai feu), a-t-elle commencé. «  C’est la mairie qui est en bas de ça. Ils veulent nous chasser du marché. Comme on refuse d’aller à Andokoi. Ils l’ont vendu marché… », a-t-elle accusé.

 

Cette accusation en tout cas, était presque sur toutes les lèvres de ces jeunes femmes assissent à la gare. Le directeur de la communication de la mairie d’Abobo, Doumbia Y que nous avons joint par téléphone, a réagi : « C’est faux la mairie n’a rien vendu. On a toujours dit ça des communes ou il y a eu des incendies de marché. A Bouaké, Man, Gagnoa, Adjamé et j’en passe on a toujours accusé la mairie ». Poursuivant, le collaborateur du premier magistrat de la commune a fait savoir que l’incendie du samedi n’en était pas un : « Ça n’a pas brûlé. Lorsqu’il y a eu l’incendie de dimanche, un magasin contenant des boîtes de conserves a été touché mais pas totalement .Ce sont ces boîtes sous l’effet de la chaleur qui ont explosé ».

Rappelons que le Premier ministre, Amadou Gon, à la tête d’une forte délégation s’est rendu sur le lieu du sinistre pour apporter la compassion du gouvernement aux victimes, après le premier incendie. Le chef du Gouvernement a tenu aussi à les rassurer en ces termes : « Le Gouvernement, sous l’égide du Président Alassane Ouattara, s’engage à réhabiliter le marché et à réinstaller gratuitement les commerçants sinistrés ». Le chef du gouvernement a fait savoir que les travaux se feront sur le budget de 174 milliards de Cfa prévu pour le Programme d’urgence d’Abobo.

 

Un programme qui prévoit la construction de marchés satellites afin de décongestionner le marché principal, prévu initialement pour 1500 places, mais qui accueillait, jusqu’à l’incendie du 17 septembre plus de 6000 commerçants. Il a fait don de 30 millions aux victimes, sans annoncer d’enquête sur le sinistre.

Jean-François YAPI

linfodrome

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment