11222017Headline:

Insecurité en Côte-d’Ivoire: Cambriolage au domicile d’un Libanais ; 3000 dollars volés a Marcory

Avec l’activisme non modéré des criminels de nos jours, ce n’est jamais prudent de garder d’importantes sommes d’argent chez soi. Malheureusement, M.M., ressortissant libanais et opérateur économique, n’a pas compris cela.

Et les scélérats lui ont démontré qu’il aurait dû le comprendre. En effet, au regard de ce que rapportent nos sources, on apprend que, le mercredi 9 août 2017, comme à son habitude, le matin, le jeune Libanais part de son domicile, situé à Marcory. Il prend d’abord le soin de verrouiller les portes de son appartement, avant de s’en aller à son boulot. Plus tard, soit dans l’après-midi, il est de retour. Mais ce qu’il découvre, en rentrant chez lui, est complètement déroutant pour lui. Des quidams, avec des intentions bien obscures, l’ont précédé à son domicile. Et les résultats se dressent éloquemment sous ses yeux.

En effet, des bandits ont arraché les vitres de sa fenêtre. Et bien entendu, par cette ouverture qu’ils s’offrent, ces quidams se sont introduits dans la chambre. Et fouillant ensuite la pièce de fond en comble, les malfrats font main basse sur des sous en devise locale. A savoir, la somme d’un million de F Cfa. Mais en poursuivant leur prospection, les voleurs dégotent également 3000 dollars américains. Soit la somme de 1 500 000 F Cfa. Tout comme un téléphone-portable d’une importante valeur marchande. C’est donc avec ce respectable butin que les scélérats disparaissent dans la nature. Mais qui savait que l’opérateur économique avait cette importante somme d’argent à son domicile, pour lui faire ce qu’il lui a été fait ?

 

C’est la question que se pose M.M., qui encaisse difficilement le coup. En tout cas, par ces temps de vaches maigres, perdre une telle somme d’argent, est franchement un mauvais coup. Tout en faisant le deuil de ses biens, notamment son argent, il se rend à la police, où il dépose plainte contre inconnus. Sous sa conduite, les agents des forces de l’ordre se rendent à son domicile et procèdent à un constat d’usage. Puis, ils ouvrent une enquête. Une enquête qui porte tous les espoirs du jeune Libanais, de retrouver ses sous. Mais, avouons que cela pourrait être illusoire.

Car les bandits, en général, ne fonctionnent pas comme des banques, pour garder de l’argent. Ils en claquent plutôt.

Madeleine TANOU

soir info

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment