09222018Headline:

Insécurité: Une policière dépouillé par le chauffeur de son taxi à Yopougon

L’aube du samedi 30 juin 2018 continue de lui rappeler, un très mauvais souvenir. Il lui est encore difficile d’oublier ce qui lui est arrivé, ce jour-là. Elle, c’est dame A.K., sergent-chef de police, en service dans une importante unité.

A en croire nos sources, en effet, la policière qui habite Yopougon, sort de chez elle, à 5h30′ du matin, ce samedi-là. Elle tient dans la main un sac à dos. Celui-ci contient sa tenue de service, une paire de bottes, imposée par cette période de pluie . Son sac renferme, également, sa bande patronymique adhésive, sa carte du Fonds de la Police nationale et une bonne somme d’argent.

A hauteur de l’hôtel « Kimi », la policière emprunte un taxi-compteur et indique comme destination, le Plateau, où se trouve son service. En tout cas, le chauffeur du taxi se montre très aimable. La preuve, en chemin, tous les deux étant assis côte à côte, à l’avant du taxi, se mettent à causer de sujets d’actualité, en toute convivialité. C’est pourquoi elle s’étonne de la suite des événements.

En effet, une dizaine de minutes plus tard, le taxi parvient à hauteur de la pharmacie du marché de la Sicogi. En ces lieux, le chauffeur gare le véhicule. La policière pense qu’il veut certainement descendre, pour se soulager, d’un besoin naturel pressant. Erreur, elle a tout faux.

A son grand étonnement, le taximan sort plutôt un pistolet dont il plaque le canon dans ses côtes. Et le chauffeur, tout à l’heure gentil, pour masquer sa véritable nature, exige de l’élément des forces de l’ordre, de lui remettre, son sac à dos. Dans le cas contraire, menace-t-il, il va la buter, sans autre forme de procès. La pauvre policière, tremblant de tous ses membres, comme une feuille morte, s’exécute. Le criminel rentre violemment en possession de son butin. Puis, c’est sans ménagement qu’il projette la pauvre dame de son taxi, qui démarre aussitôt en trombe.

Après s’être relevée, la policière, non encore remise de ses émotions, se rend tout de même au commissariat de police du 16ème arrondissement. En ce commissariat proche des lieux de l’agression qu’elle vient de subir, elle explique tout à ses collègues. Ces derniers, complètement remontés, ont ouvert une enquête, en vue d’extirper ce taximan-criminel de la circulation. Cela pour ne pas qu’il fasse d’autres victimes. S’il n’en a pas déjà, préalablement fait.

koaci.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment