08172017Headline:

Interdiction aux femmes de porter les vêtements qui exposent les parties intimes du corps

 

Nul ne peut douter du fait que « le dessous se porte en dessous ». Mais le constat qui est fait depuis un moment par les autorités Camerounaises c’est que le dessous des femmes se porte maintenant au dessus. Cela veut tout simplement dire que certaines femmes Camerounaises d’aujourd’hui se plaisent à porter des tenues où elles sont nues ou presque.

Il n’est plus possible de circuler sans rencontrer une femme portant un vêtement où le string est exposé, où toute la poitrine est présentée au grand public. La contagion vestimentaire a conduit même les petites filles à entrer dans la danse, avec les jupes courtes, mini robes, exposition du postérieur, du ventre etc.

La communauté Urbaine de Yaoundé (Cuy) avec l’aide de l’Agence du service civique national de participation au développement(Ascnpd), vient de relancer le débat sur l’indécence vestimentaire au Cameroun, qui a atteint des proportions inimaginables et inquiétantes.

Dans les grands carrefours des villes de Yaoundé, Douala, Bafoussam etc, on rencontre des panneaux publicitaires géants portant le thème de la campagne « un esprit neuf pour une ville durablement responsable ». L’objectif fondamental c’est de lutter contre l’immoralité vestimentaire devenue contagieuse.

On se souvient qu’en 2013 , le réveil de cette atteinte à la pudeur avait suscité une levée de bouclier au sein de la société et la réaction de certains ministres du gouvernement. Sept ministres avaient affiché leur détermination à combattre le port du string et l’exposition des parties intimes surtout chez la femme.

Mais ce combat n’avait pas eu un succès éclatant. Ce même combat a recommencé depuis quelques jours au Cameroun. Pouvons-nous envisager pour cette fois-ci qu’il connaitra un réel succès?

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment