08182019Headline:

Kenya/Scandale: un américain arrêté pour avoir agressé sexuellement des adolescentes dans un orphelinat

Un Américain a été arrêté et accusé d’avoir abusé des adolescentes dans un orphelinat qu’il a fondé au Kenya, ont déclaré des responsables fédéraux.

Gregory Dow, 60 ans, a été arrêté vendredi à son domicile dans le comté de Lancaster, en Pennsylvanie. Il avait fondé un orphelinat dans ce pays d’Afrique de l’Est en 2008 et aurait abusé les mineurs dont il avait la charge pendant des années, selon le bureau du procureur du district est de Pennsylvanie.

Il a été inculpé de quatre chefs d’accusation pour avoir eu des rapports sexuels illicites dans un pays étranger.

Les abus allégués se sont produits entre octobre 2013 et septembre 2017 dans l’établissement qu’il a fondé dans la zone rurale de Boito. Il a participé ou tenté de se livrer à des actes sexuels illicites avec quatre mineurs placés sous sa garde à l‘orphelinat, ont indiqué les autorités. Les enquêteurs ont dit qu’il pourrait y avoir plus de victimes, mais qu’il a été difficile de les retrouver au Kenya.

« L’accusé se faisait passer pour un missionnaire chrétien qui s’occupe de ces orphelins qui l’appelaient papa. Mais au lieu d’être une figure paternelle pour eux, il aurait exploité leur jeunesse et leur vulnérabilité », indique une déclaration des enquêteurs.

L’orphelinat a accueilli des dizaines d’enfants et a fermé ses portes en septembre 2017. M. Dow a fui aux États-Unis après que les autorités kenyanes ont émis un mandat d’arrêt contre lui, ont rapporté les médias locaux.

« C’est l’un des crimes les plus odieux, le fait d’aller dans un pays étranger et d’abuser sexuellement de jeunes enfants », a déclaré Joe Bushner, agent spécial du FBI.

En décembre, Gregory Dow a déclaré au journal LNP de Lancaster qu’il était innocent et a accusé les habitants de la région d’avoir inventé les allégations pour le faire expulser du pays.

L’affaire a défrayé la chronique au Kenya, la chaîne de télévision locale NTV diffusant un documentaire intitulé « Preying Missionaries » sur ces allégations. Le média s’est entretenu avec certaines des filles qu’il aurait abusées.

Le groupe de la diaspora Kenya Women in the US, qui utilise l’acronyme KWITU, a appelé à son arrestation pendant des mois et a lancé une pétition demandant sa poursuite.

Lire sur afrikmag

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment