07272017Headline:

Koumassi: Porté disparu, un petit garçon de 3 ans retrouvé mort dans un véhicule

petite fille.1

Une affaire criminelle bien sombre continue d’alimenter les conversations au quartier « Campement », dans la commune de Koumassi. C’est la mort suspecte, d’un petit garçon de 3 ans, répondant au nom Seydou Sangaré.

Sur les faits, des informations sourcées soutiennent que le lundi 12 septembre 2016, alors que sa mère est occupée à ses tâches ménagères, le petit Seydou, lui, en est à jouer, dans le périmètre occupé par sa génitrice.

Aux alentours de 15h, cette dernière se lève et accède à l’intérieur de sa maison, pour y récupérer des affaires. Mais voilà qu’à son retour, elle ne retrouve plus son petit garçon. Elle ne s’inquiète pas outre mesure. Elle qui croit que le môme est allé rejoindre d’autres enfants, juste à côté. Mais la pauvre va se raviser, lorsqu’elle part le chercher. L’enfant est introuvable.

Dans le voisinage, personne ne dit l’avoir aperçu. En pleurs, la mère alerte son mari, le nommé S. Fatogoma. Ce dernier arrête immédiatement son boulot de chauffeur et fonce tout droit à la maison. Sa femme et lui poursuivent les recherches en écumant tout le quartier « Campement » qu’ils habitent. Hélas, jusqu’à la nuit tombée, les recherches sont vaines.

Le couple a le cœur en peine. Où l’enfant est-il passé ? Que lui est-il arrivé ? Différentes pensées traversent l’esprit du chauffeur et de sa femme qui, elle, ne peut se contenir. Au final, aux alentours de 22h, S. Fatogoma va saisir le commissariat de police du 20ème arrondissement, de la disparition de son petit garçon. Il est entre le doute et l’espoir de revoir son gosse. Mais c’est surtout l’espoir qu’il préfère entretenir. L’espoir de recevoir un coup de fil d’un tiers, lui disant que son fils a été retrouvé. Et en très bonne forme.

Aux environs de minuit, alors que le chauffeur attend toujours la bonne nouvelle, le gardien du parking du quartier, à quelques mètres de la mosquée « Rassoul », et donc non loin de son logis, se présente chez lui. Ce, pour lui parler de son gosse porté disparu. Malheureusement, par la mine affichée par le vigile, l’espoir de revoir son petit Seydou, vivant, s’effondre comme un château de cartes. Le veilleur de nuit lui demande de le suivre. Tous les deux se retrouvent sur le parking. Et à bord d’un véhicule de marque Toyota, est étendu sur la banquette arrière, le cadavre de l’enfant. Le choc est total pour Fatogoma qui manque de s’écrouler.

La police est immédiatement informée. Des agents se déportent sur place. Le vigile, interrogé, explique qu’aux alentours de minuit, alors qu’il effectuait sa ronde sur le parking, il voit le cadavre de l’enfant, à bord de la voiture en question. Le propriétaire de l’engin, K.M., un transporteur d’une cinquantaine d’années, habitant également le quartier, est interpellé. Sur les faits, il explique qu’il en est complètement étranger. A l’en croire, son véhicule, il l’a immobilisé sur le parking depuis 11h, ce même lundi. Et voilà que le gardien le saisit, aux alentours de minuit, pour lui évoquer la présence du corps sans vie de l’enfant, à bord de sa voiture. Une voiture à l’intérieur de laquelle, tous les documents présents sont éparpillés. Les flics y constateront également, de la salive.

Le constat achevé, la dépouille du malheureux garçon est enlevée et transférée à la morgue de l’hôpital général de Port-Bouët. Et pour les besoins de l’enquête, le propriétaire de la voiture est arrêtée. Quelles sont les circonstances exactes de la mort de l’innocent garçonnet, les investigations des agents des forces de l’ordre vont certainement le faire savoir.

Madeleine TANOU

soir info

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment