05232017Headline:

La gendarmerie nationale sème le désordre à Yopougon

gendarmes attaqués

Côte d’Ivoire-Yopougon: La gendarmerie nationale sème le désordre dans la circulation
Considérée jusque-là, par les autorités étatiques, comme un corps d’élite et exemplaire, la gendarmerie nationale de Côte d’Ivoire fait (et continue de faire, on l’espère) la fierté des Ivoiriens. Cependant, le spectacle de mauvais goût auquel se sont adonnés les éléments de la brigade de gendarmerie nationale de Toits-rouges de Yopougon, le samedi 2 juillet 2016, a laissé sans mot, «L’Eléphant», les automobilistes et les agents de police, témoins oculaires de cette scène d’un autre genre.

En effet, plusieurs gendarmes de cette brigade, avec leur supérieur hiérarchique à leur tête, faisaient une course à pied matinale, encore appelée du footing. Ce qui est d’ailleurs une bonne chose pour ces soldats qui ont besoin de rester en bonne santé en vue de l’accomplissement de leur mission de protection des biens et des personnes! Sauf que ces gendarmes, dans la pratique de leur exercice sportif, avaient quasiment bloqué la circulation sur les boulevards principaux de la commune qui partent d’une part, de la Siporex au palais de justice et d’autre part, du carrefour Sable au carrefour Sapeur-pompier. Ces boulevards de quatre voies, deux fois deux voies, ont été pris en otage par ceux-ci. Excepté, une seule voie qui avait été réservée aux nombreux automobilistes venant des deux sens qui circulaient à une heure de pointe, ce jour-là, sur ces avenues. Etaient-ils en mal de publicité pour se comporter de la sorte, eux des agents de maintien de l’ordre public? Nul ne le sait. En lieu et place des voies secondaires que compte la commune chère à Gilbert Koné Kafana, ils ont préféré prendre ces grandes artères. Indifférents à la peine des usagers qui rongeaient leur frein au volant de leur voiture, ils entonnaient des chants et certains parmi eux, pour mieux narguer les automobilistes et les passagers, s’adonnaient à des grimaces sur les voies qu’ils ont domptées. Les usagers qui se trouvaient dans une situation d’urgence et qui tentaient de les dépasser, se trouvaient, chaque fois, dissuadés par certains de ces soldats, armes au poing, et très menaçants. Les deux sens de la circulation étaient donc bloqués par les gendarmes qui avaient seulement admis, en attendant la fin de leur spectacle, un service minimum sur le boulevard. Et c’est à la cadence de leurs pas que se faisait la circulation à cette heure de pointe. La cerise sur le gâteau, une fois parvenus à Siporex, précisément au niveau du sens giratoire, appelé rond-point de Siporex, les soldats de ce corps d’élite vont se mettre à faire plusieurs tours à cet endroit, cris et grimaces à l’appui de leur spectacle préjudiciable. Impuissants, les agents de la police commis pour la régulation de la circulation à cet endroit sensible, regardaient, l’air incrédule, leurs frères d’arme. Fiers de leur prestation sur la voie, les éléments de la brigade de gendarmerie nationale de Toits-rouges ont poursuivi leur sport en prenant la route qui mène au carrefour Sable. Là, ils ont également pris en otage, le deuxième boulevard de la commune. Ils ont regagné leur caserne en reproduisant la même scène effectuée sur l’artère précédente.

Cet agissement fait désormais partie de la formation de nos valeureux gendarmes? Ce pays devient de plus en plus inquiétant…

AIME GONTRAN (L’Eléphant déchainé)

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment