01202017Headline:

Marcory / Sainte Bernadette: Des bandits manquent de sectionner le bras d’un élève de la première

blesse

Sainte Bernadette: Des bandits manquent de sectionner le bras d’un jeune

Le prénommé Marius, habitant de Marcory Sicogi derrière l’Eglise catholique Sainte Bernadette, a été grièvement blessé au bras par des bandits, dans la nuit du mardi 9 au mercredi 10 août 2016, aux environs de 22 heures.

Le jeune Marius élève en classe de première D a été transporté dans la nuit de mardi 9 au mercredi 10 août 2016 au CHU de Treichville, dans un état critique.

C’est sans doute sa témérité qui a failli le rendre manchot. C’est aussi grâce à cette même témérité que l’un de ses agresseurs a été appréhendé et copieusement battu par une population en furie.

Au moment où notre équipe de reportage arrivait sur les lieux, les parents de Marius l’avaient déjà évacué au CHU de Treichville.

Quant au bandit appréhendé et passé à tabac, il gisait dans le véhicule des sapeurs pompiers de la zone 4, pratiquement dans un état d’inconscience.

N’ayant pas pu avoir la version des victimes ou de leurs proches, nous nous sommes contentés des premiers témoignages.

Il ressort desdits témoignages qu’aux environs de 22 heures, des individus frappent à la porte de Marius. Ce dernier, certainement occupé, c’est une fille qui se précipite à la porte et veut savoir la raison de ce tambourinement nocturne. A la question de savoir ce que veulent les visiteurs de la nuit, ceux-ci répondent qu’ils veulent de la glace. En fait, c’était une diversion.

Car lorsque la jeune fille leur fait savoir qu’on n’y vend pas la glace, les mauvais garçons changent de ton et insistent pour qu’elle ouvre la porte. Ce qu’elle fait d’ailleurs naïvement.

Une aubaine pour les bandits d’assouvir leur noir dessein. En fait, une fois la porte ouverte, ils s’y introduisent immédiatement. Munis d’un allume-gaz sous forme de pistolet, ils intiment l’ordre à Marius et aux autres occupants de se coucher.

Mais l’élève de la première D qui sait qu’il a en face des bandits dotés d’une arme factice ne se laisse pas faire.

Les lascars comprennent que les choses peuvent mal tourner. Dès lors, ils sortent leur joker, à savoir un couteau. Mais Marius s’en moque éperdument et engage une lutte contre ses agresseurs qui le blessent malheureusement au bras. Sous l’effet de la douleur, il crie et crie très fort.

Les instants qui suivent, c’est pratiquement tout le voisinage qui vient aux nouvelles. Les lascars sentent que la situation peut mal tourner. Dès lors, ils abattent les dernières cartes. Ils menacent d’abattre tous ceux qui vont jouer aux braves. D’ailleurs, sous la menace de leur faux pistolet, ils font coucher tout le monde et leur font les poches.

Mais toute cette scène est loin de décourager Marius qui continue d’appeler au secours. Rapidement, les bandits sont encerclés, mais l’un d’eux réussit à prendre la tangente. L’autre, appréhendé, est mis à poils et subit un traitement de choc.

Les parents de Marius soucieux de son état de santé le conduisent à l’hôpital.

Quant au lascar appréhendé, il a été évacué par les soldats du feu, dans un centre de santé dans un état lamentable.

Adolphe Angoua

 linfodrome.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment