05262024Headline:

Meurtre à n’zanfouenou : Les parents du prévenu offrent 80000f à la famille de la victime

En attendant que la justice suive son cours relativement à la jeune dame Ekou Assoh Levis fusillée en plein sommeil à N’zanfouenou, les parents du prévenu, Bouadou Kangah, ont envoyé, le mercredi 10 avril 2024, une délégation de notables dans le village de la défunte pour reconnaitre, dans la pure tradition akan, le forfait de leur fils.

Les parents de Bouadou Kangah, le suspect numéro un, accusé d’avoir fusillé sa compagne Ekou Assoh Levis en plein sommeil, dans la nuit du mardi 2 au mercredi 3 avril 2024, à N’zanfouenou, se sont confiés au chef de tribu Ahua, Nanan Aka Premier, qui a envoyé une délégation de notables, le mercredi 10 avril 2024, auprès de la famille de la défunte.

Ces notables étaient à N’zanfouenou pour une cérémonie dite ‘’Ahoba’’, ‘’c’est-à-dire qu’ils reconnaissent que c’est leur fils Bouadou Kangah qui a tué la jeune dame Ekou Assoh Levis’’. C’est une façon de reconnaitre le tort’’, nous a appris une source.

Comme le veut la tradition en pareille circonstance, les envoyés de Nanan Aka Premier ont offert la somme de 80 000 francs cfa et 6 bouteilles de liqueur à la famille de la victime ainsi que la somme de 20 000 francs cfa et 2 bouteilles de liqueur au chef de N’zanfouenou.

Cette étape nécessitera le versement de 300 000 francs CFA, un bœuf et une caisse de liqueur (Gin)
Au cours de cette cérémonie de l’’’Ahoba’’, les envoyés du chef de tribu Ahua (ils parlaient au nom des parents du prévenu) ont fait savoir qu’il reste une seconde, celle de demander pardon à la famille de la victime. Cette étape nécessitera le versement de 300 000 francs CFA, un bœuf et une caisse de liqueur (Gin).

Les prochaines étapes de cette affaire dépendront de l’organisation de cette seconde cérémonie. Une fois cette formalité accomplie, les parents du prévenu assumeront toutes les dépenses liées aux funérailles, y compris les frais de conservation du corps, le cercueil, la tombe, et autres.

‘’On attend les 300 000 francs, le bœuf et la caisse de liqueur. Ils disent qu’ils reviendront. Quand ils seront de retour, on va finaliser tout. A ce moment, on décidera de la période des obsèques’’, nous a confié une source sur place.

Il convient de souligner que les parents de Bouadou Kangah n’ont pas accompagné la délégation de notables à N’zanfouenou par crainte de représailles. Dans ce climat d’incertitude et de tension, toute la communauté de N’zanfouenou attend avec impatience que justice soit rendue. Linfodrome a appris que le juge d’instruction de Bongouanou a convoqué la famille de la victime pour le mardi 16 avril 2024, signe que l’affaire avance et que la justice est en marche.

What Next?

Recent Articles