09162019Headline:

Monde/Drame: une victime de l’accident sur l’A-417 avait un “cœur en or”

Corinne Monette, 62 ans, a été identifiée comme étant l’une des personnes mortes dans l’accident survenu dimanche sur l’autoroute 417 dans une région rurale de l’ouest d’Ottawa.

Dans une déclaration écrite publiée mercredi, la fille de Mme Monette, Laura Matte, a qualifié l’accident de tragédie insensée et a ajouté que sa mère avait un cœur en or.

Elle aurait aidé tous ceux qui le demandent, et même ceux qui ne le font pas. Elle avait vraiment l’instinct maternel pas seulement envers moi, mais aussi envers tous ceux qui pouvaient avoir besoin de l’amour d’une mère, s’est souvenue Mme Matte, en ajoutant que tous ceux qui rencontraient sa mère l’aimaient instantanément.

« Peut-être que c’était son sourire, peut-être que c’était son esprit. Personne n’oubliera l’impact qu’elle a eu sur leur vie. J’ai eu tellement de chance de l’appeler ma mère. J’espère pouvoir continuer tout ce qu’elle m’a appris  » , a confié Matte.

L’homme à l’origine de la collision multiple, Michael Bourque, 36 ans, a également été tué. Plus tôt dans la journée, il avait été impliqué dans une poursuite policière.

La Police provinciale de l’Ontario (PPO) poursuit son enquête pour déterminer la raison pour laquelle un véhicule roulait en sens, près du chemin Panmure, lorsqu’il a amorcé une collision en chaîne, entraînant quatre autres véhicules.

Deux hommes dans la vingtaine qui prenaient place dans un véhicule différent ont été transportés à l’hôpital dans un état critique à la suite de la collision. On ne craint toutefois pas pour leurs vies.

Des sources ont déclaré à CBC que le Service de police d’Ottawa et la PPO avaient ouvert une enquête sur Michael Bourque pour une agression sexuelle présumée sur un enfant à l’hôtel Brookstreet de Kanata.

 « Ce type [accusé d’agression sexuelle] n’était pas notre fils et, croyez-moi, il n’était pas un gars parfait, mais il avait bon cœur  » a déclaré mercredi la mère de M. Bourque.

Elle a décrit son fils comme un bon père et un homme aimé par les résidents de sa ville natale. Elle a fait valoir qu’il n’avait jamais reçu de diagnostic de maladie mentale, mais qu’il n’était pas dans un bon état d’esprit le jour de la collision.

Mme Bourque a dit qu’elle pensait aux autres victimes impliquées dans l’accident. Cette dernière a également ajouté que sa famille ne prévoyait pas de grandes funérailles par respect pour les autres victimes.

Lire sur radio-canada

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment