01172018Headline:

PHOTOS/Tirs à Bouaké c’etait vraiment chaud : L’ampleur des dégâts /Tout sur le récit d’une nuit tres sous le diktat des armes

Les événements se sont déroulés en partie entre 10h et 11h ce mardi 9 janvier 2017, avant de se poursuivre aux environs de 20 heures. Après le triste épisode d’une guéguerre née entre des éléments des forces armées de Côte d’Ivoire et leurs frères d’armes du Centre de commandement et des décisions opérationnelles (Ccdo) le week-end dernier, les populations de Bouaké ont encore souffert le martyr des crépitements d’armes.

Selon les premières informations recueillies sur place, tout a commencé ce mardi entre 10h et 11h lorsque des tirs se font entendre du côté du 3eme bataillon de Bouaké. A l’origine de ce énième mouvement d’humeur, des militaires de ladite base lançaient par cet acte un ultimatum pour le départ du Cccdo de Bouaké. Ajouté à cette revendication, 4 autres points dont nous n’avions pu avoir connaissance.

La mi-journée sera quasi paisible jusqu’aux environs de 20 heures quand de nouveaux tirs se font entendre au 3eme bataillon. Les militaires qui entendaient coûte que coûte en découdre avec leurs frères d’armes du Ccdo mettent le cap sur cette unité. Objectif de cet assaut : déloger les pensionnaires de ce centre. La suite est connue. Le bâtiments du CCDO situé au quartier Sokoura Bramakote reçoit la visite des militaires. Des tirs de sommation pour faire plier leurs adversaires seront de courte durée. Le bâtiment va essuyer plusieurs tirs à l’arme légère et lourde. Huit éléments du Ccdo réussissent à fondre dans la nature grâce un délestage survenu dans le périmètre de la base. Les tirs pleuvent sur le bâtiment de 20 heures jusqu’à minuit. Aux environs de 1h 13 du matin, deux hélicoptères MI 24, accompagnés d’autres aéronefs de transport de troupes, desservent la ville.

La relative accalmie est revenue sur la ville au petit matin de ce mercredi 10 janvier 2017. Le bilan fait sur place indique 4 véhicules incendiés et plusieurs bureaux dont celui d’un lieutenant du Ccdo. Des armes abandonnées dont des Rpg ont été découvertes à l’arrière cour du bâtiment abritant le Ccdo.

Toutefois, selon les officiers de la gendarmerie, il n’y a eu aucune perte en vie humaine. Le Lieutenant Amoude Traoré, la cible de cette attaque, serait en fuite. Les autorités préfectorales et le premier magistrat de la commune de Bouaké, Djibo Nicolas, se sont rendus sur les lieux pour constater les dégâts. Regrettant cette situation, ils ont souhaité que la lumière soit faite autour de ces événements. Nous y reviendrons …..

Simon DEBAMELA, à Bouaké

webnews

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment