11132018Headline:

Port-Bouët,Une mère Refusant de retourner au village se suicide en se jetant à la mer

mer

Refusant de retourner au village : Une mère de famille se suicide en se jetant à la mer

Le mardi 18 novembre 2014, il y a eu drame à Adjouffou, dans la commune de Port-Bouët. Une pauvre mère de famille de plus de 70 ans a trouvé la mort de façon tragique. Elle a péri dans la mer.

Mais l’histoire qui sous-tend ce drame n’est pas moins captivante de par son caractère tout aussi macabre. Pour les faits, nos sources racontent que ce jour-là, du côté d’Adjouffou, la mer rejette le corps sans vie d’une dame d’un âge très avancé. La police, informée par des riverains, arrive sur place pour les constatations d’usage. Et, rapidement, la triste nouvelle de la macabre découverte fait le tour des environs et parvient à S.O, un des habitants.

La description de la dame dont le corps a été rejeté est bien loin de ne pas lui dire quelque chose. Au contraire. Ce n’est pas possible, se dit-il. Sa mère est partie de sa maison et on la cherchait. Le cœur battant donc la chamade, il se déporte sur les lieux de la découverte. Espérant qu’il ne s’agit pas de sa mère, même si la description faite de la défunte, correspond bien à celle qui lui a donné la vie. Hélas, sur place, il se rend compte qu’il s’agit effectivement de dame G.S, sa mère. Comment une vieille femme, dont l’âge avancé, ne permet plus des randonnées à la plage et en possession de toutes ses facultés mentales, a-t-elle pu se noyer dans la mer ?

Mais avec les explications de son propre entourage, on retiendra qu’il s’agit purement et simplement, d’un cas de suicide. Et comment ? A en croire nos sources, depuis deux ans déjà, la septuagénaire vit à Adjouffou, sous le toit de son fils S.O. Mais voilà que ses enfants qui se réunissent, estiment qu’il est à présent temps pour leur mère de rentrer au village, là-bas, à Kouibly. C’est bien son milieu naturel qui, certainement, devrait lui manquer après toutes ces années passées dans la ville bruyante d’Abidjan. C’est du moins ce qu’ils croient. Ils programment alors le voyage de leur maman pour ces jours-ci même et le lui signifient. Mais à la suite de cela, voilà que leur génitrice les réunit. Et là, elle fait des aveux terribles qui ne manquent pas de faire trembler sa progéniture.

Selon donc toujours nos sources, au cours de la rencontre, la vieille dame, devant ses gosses médusés, explique qu’elle fait partie de la confrérie de sorciers du village. Avec ce statut à faire peur, elle participe donc à des festins macabres, faits de chair de personnes livrées par des membres de son groupe. Et c’est connu que chez les sorciers, participer à ce type de festins, équivaut à contracter une dette qu’il faut absolument honorer. Et justement, son tour à elle est arrivé pour organiser le festin de sa confrérie. Pour ce faire, elle doit livrer deux de ses enfants pour la ripaille des fêtes de fin d’année de sa confrérie.

Poursuivant, la septuagénaire dit être dans un dilemme. Alors, pour mettre fin à tout cela, elle s’oppose à toute idée de retour au village, au risque d’être harcelée par ses comparses pour qu’elle livre deux de ses enfants. A la suite, elle rassure sa progéniture, qu’elle ne livrera personne. Et qu’en lieu et place, elle préfère se tuer. Ses enfants croyaient alors qu’elle ne mettrait pas à exécution sa volonté de se suicider. Hélas, elle l’a fait, en se jetant dans les profondeurs de la mer. C’est sans doute avec amertume que les membres de sa confrérie, qui attendaient de « bonnes nouvelles » d’elles, apprendront son suicide. En attendant, le corps est déposé la morgue.

KIKIE Ahou Nazaire

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment