08212017Headline:

Pour une affaire de terrain: Il coupe son voisin en deux avec une machette

couché decoupé avec une machette

Le dimanche 7 décembre 2014, une scène atroce s’est produite non loin de Dapéoua, village situé à une vingtaine de kilomètres de la ville de Buyo.

Une violente bagarre à la machette entre le Béninois Bakpé Totonagnon Moïse, né il y a 45 ans, et le Burkinabé Dah Djakou, 47 ans, s’est soldée par la mort horrible du premier cité. Mais qu’est ce qui a bien pu pousser ces adultes à se battre jusqu’à la mort ?

De fait, indiquent nos sources, c’est le mercredi 24 novembre 2014, que tout commence. Ce jour-là, les deux hommes, tous deux des paysans, se disputent pour une question de limite de portion de terre. Et comme les choses commençaient à s’envenimer entre les deux, Lago Marius, le cadet de leur tuteur qui leur a octroyé les parcelles de terre, décide de tout clarifier. Il se rend alors en leur compagnie sur la portion de terre litigieuse. Et sur place, Lago Marius détermine les choses.

Mais Bakpé Totonagnon Moïse estime être lésé et il en est mécontent. Et aussitôt, il s’empare de sa machette et envoie un violent coup à Lago Marius qu’il blesse sérieusement à la main. En tout cas, ce dernier doit son salut à l’intervention de Dah Djakou qui, de façon prompte, réussit à désarmer l’agresseur. Celui-ci est ligoté par les deux hommes et conduit devant le chef du village, à Dapéoua. Là-bas, les choses sont réglées à l’amiable. Puis Bakpé Totonagnon Moïse qui reçoit de sages conseils, est autorisé à rentrer chez lui. Lago Marius, lui, se rend au dispensaire du village où il reçoit des soins.

On croit alors que les choses sont définitivement réglées. Que non. Bakpé Totonagnon Moïse a la rancune tenace. Le dimanche 7 décembre 2014, il croise sur son chemin Dah Djakou qu’il accuse d’avoir été favorisé dans la limitation des portions de terre et de l’avoir empêché également d’exécuter le frère cadet de leur tuteur. Et pour cela, c’est lui qui doit payer. Il se jette alors sur Dah Djakou qu’il empoigne par les collets et il s’engage une violente bagarre. Au cours de celle-ci, Bakpé Totonagnon Moïse qui est assez corpulent, semble avoir le dessus sur son adversaire qu’il malmène. Et une fois de plus, il fait recours à sa machette et frappe Dah Djakou à la paume. Puis au tibia. Sous la douleur, ce dernier appelle à l’aide. Mais le seul passant qui tombe sur la scène, préfère prendre la poudre d’escampette de crainte d’être saucissonné.

Là, Dah Djakou comprend qu’il a son destin en main. Retrouvant de l’orgueil devant son fils de 8 ans présent, et surtout, par instinct de conservation de vie, il oppose une farouche résistance au point de retourner la situation en sa faveur. Lorsque dans la lutte, la machette de son adversaire tombe, il s’en empare immédiatement. Le rapport de force est désormais en faveur de Dah Djakou. Il expédie un violent coup à Bakpé Totonagnon Moïse dont il sectionne le pied. Puis un autre qui divise littéralement la hanche de son adversaire. Et un autre coup qui ouvre le cou de Bakpé Totonagnon.

La messe est dite pour ce dernier mort sur le champ. Dah Djakou, grièvement blessé, est conduit à l’hôpital de Buyo par un motocycliste. Les éléments de la gendarmerie, informés, se rendent sur le théâtre des faits horribles et procèdent au constat d’usage. Puis le corps est enlevé.

Plus tard, soit le lundi 22 décembre 2014, plus ou moins remis de ses blessures, Dah Djakou le meurtrier est déféré devant le parquet de Soubré.

T. Mario ( depuis Buyo)

Soir info

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment