10282021Headline:

RTI /Kader N’Dao : Arrivé ce mardi 14 Février au travail ,Les conditions de sa mort/ses dernières paroles avant sa mort brusque

Comme d’habitude, Kader Ndao est arrivé ce mardi 14 Février 2017 avec son sac à dos et son punch. Son bureau est voisin du miens. Quand je suis allé le saluer parce qu’il était arrivé avant moi, à peine il a levé la tête, concentré qu’il était sur une interview à programmer dans les heures à venir. Dès qu’il eut fini, il est passé à mon bureau pour me taquiner avec son rire aux éclats qui le caractérise. Il m’a questionné : ‘‘Ange ! Tu sais quel jour nous sommes aujourd’hui ?’’ Feignant de comprendre qu’il faisait allusion à la Saint-Valentin. ‘‘Nous sommes quel jour même Billy ? Est-ce que nous avons un rendez-vous ce matin ?’’ Ai-je réponds un air surpris.

 

Dans un éclat de rire dont lui seul a le secret il a réagi rieur : ‘‘Toi là tu es mauvais deh. Tu ne sais pas que c’est la Saint-Valentin aujourd’hui ? Ça là c’est pour ne pas faire de cadeau à ta femme que tu fais ça’’, m’a-t-il, en sortant du bureau. Il s’est rendu à la salle de réunion où nous devons tenir notre conférence de rédaction hebdomadaire. En attendant le démarrage de la réunion, il est allé se faire un petit café, comme il en a l’habitude. C’est à peine il a posé la tasse de café sur la table que Kader s’est affaissé. Il, était autour de 11 heures. Apres les gestes de premiers secours qui n’ont pas donné de résultant espéré, nous avons décidé de l’évacuer dans une clinique.

 

Dans la voiture c’est moi qui le tenais dans mes bras. Je le suppliais de me ne pas nous quitter. Il a lutté stoïque, sans aucune trace de souffrance, presque le sourire aux lèvres. C’est la polyclinique des 2 Plateaux qui se trouve la mieux équipée dans son cas et qui est la plus proche. Arrivés dans cet établissement, nous sommes reçus par le Docteur Manzan Kouassi Samuel. Nous vous épargnons de l’accueil qui n’est pas fait dans les règles de l’art, ce n’est pas nouveau chez nous. Le médecin, annonce tel un couperet : ‘‘On ne peut plus faire grande chose pour lui’’, annonce-t-il avant de disparaitre dans un bureau. La nouvelle est tombée aux alentours de midi cde mercredi 14 février 2017. Amoureux de son travail, Kader Ndao est mort à l’œuvre, sans gémir. Adieux Billy, la boîte noire.

2A abidjanshow

 

Comments

comments

What Next?

Related Articles