12032016Headline:

Situation sécuritaire préoccupante en Côte d’Ivoire / Un gendarme abattu par des individus lourdement armés à Yamoussoukro

gendarme-mort

Malgré les nombreuses actions entreprises par le gouvernement, afin d’enrayer la criminalité sous toutes ses formes, la situation sécuritaire demeure toujours préoccupante en Côte d’Ivoire, avec les nombreuses attaques à mains armées.

Le vendredi 18 novembre 2016,  c’est un gendarme qui en a fait les frais, en payant cache de sa vie, alors qu’il était en mission dans le périmètre d’Angovia, une localité devenue célèbre en raison de l’activité d’exploitation d’or qui s’y mène depuis quelques années.
En effet, le Maréchal des Logis chef (Mdl/chef) Kaka Guy Médard, en service à la brigade-ville de gendarmerie de Kossou, un des chefs-lieux de sous-préfecture, situé dans le district autonome de Yamoussoukro, a été froidement abattu par des individus armés, sur l’axe routier Mahounou Akouè-Angossé.
Selon les informations, ce jour-là, alors qu’ils sont en pleine mission de sécurisation sur cet axe routier, le Mdl-chef Kaka Guy Médard et son collègue, sur leur moto, tombent dans une embuscade tendue par des criminels. Ces scélérats, lourdement armés, n’ont aucun mal à désarmer les deux gendarmes qu’ils déshabillent avant de leur ordonner de se coucher face contre terre. Et alors que les gendarmes obéissent  aux injonctions de ces malfrats, devenus les maîtres de la situation, des coups de feu, on ne sait trop pour quelle raison. Et c’est le pauvre Kaka qui est atteint de plusieurs balles. Peu après, le malheureux succombe à ses blessures, pendant son évacuation aux urgences du Chr de Yamoussoukro.
Mais, que s’est-il réellement passé ? S’agit-il d’un braquage qui a mal tourné ou d’un règlement de compte, visant exclusivement le gendarme tué ? Voici autant de questions que l’on se pose, au lendemain de cette attaque qui alimente encore les conversations à Yamoussoukro et dans les localités environnantes.
La zone d’Angovia est marquée, ces temps-ci, par des braquages et autres attaques de la part d’hommes armés. Notons que depuis le triste événement qui a endeuillé la grande famille des forces armées de Côte d’Ivoire, et en particulier la gendarmerie, à travers ses 5è et 6è légion de Yamoussoukro, c’est la panique au sein des populations qui ne savent plus vraiment à quel saint de vouer.

Camille SIABA (Correspondant régionel)

Soir info

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment