11182017Headline:

Transport routier: 2 leaders syndicaux et 7 ‘’gnambros’’ à la Maca

maca......

Mis aux arrêts suite aux affrontements à la machette entre syndicalistes du transport routier de Cocody qui ont fait plusieurs blessés graves, Traoré Adama, délégué du Haut-conseil des transporteurs de Cocody et Laba Roger, président du collectif des syndicats de Cocody, n’ont pas regagné leurs domiciles.

Ces deux leaders syndicaux ainsi que 7 ‘’gnambros’’ (jeunes chargeurs et collecteurs des taxes syndicales dans les gares), ont été transférés à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Maca), dans la nuit du vendredi 16 au samedi 17 janvier 2015. Ce transfèrement dans le pénitencier de Yopougon met fin à leur détention dans les locaux de la préfecture de police au Plateau depuis mardi dernier.

De l’avis de leurs proches, ce sont les syndicalistes opposés à l’application de l’arrêté du maire N’goan Aka Mathias qui « manipulent la police et la justice » pour les maintenir en prison, loin des gares routières. Il s’agit de l’arrêté n° 4326 CC/SG/DST/14 du 12 décembre 2014, déterminant la liste des organisations de transporteurs et de chauffeurs, qui porte à 26 le nombre de syndicats autorisées à exercer à Cocody.

Contre 7 syndicats sous l’ex-maire Diagou Gaumont. Répartis en deux groupes de 13 structures, ces 26 structures doivent se répartir les jours d’encaissements sur le terrain. «Dès l’éclatement de la crise, le président Traoré Adama était sur le terrain pour calmer les esprits et appeler les opposants au respect de la mesure de l’autorité municipale. Il ne peut être tenu pour responsable des agressions qui ont éclaté depuis mardi dernier. Il y a une volonté de le maintenir en prison pour pouvoir l’écarter du milieu afin de lui retirer son jour de travail et déchirer l’arrêté municipal qui met fin au règne depuis plus près de 20 ans d’une minorité de syndicalistes. C’est pour cela qu’il est en prison. Il en est de même pour Laba Roger qui, lui, est une victime puisque c’est pendant son jour d’encaissements que les heurts ont éclaté », ont-t-ils déclaré.

Ils ont par la suite, appelé le maire N’goan à ne pas reculer devant le « chantage des anciens syndicalistes qui manœuvrent, par la violence et la manipulation de la Justice» pour le contraindre à annuler son arrêté. Notons qu’en attendant le procès à l’encontre des deux syndicalistes et des 7 gnambros, un mandat de dépôt de 15 jours a été délivré par les autorités judiciaires.

 

La réaction des syndicalistes opposés à l’arrêté municipal

Joint au téléphone le dimanche, Soumahoro Raymond, leader des syndicalistes opposés à la décision du maire Aka N’goan, a réfuté toute responsabilité dans le transfèrement des 2 leaders syndicaux. A l’en croire, c’est pour les faits de trouble à l’ordre public qu’ils ont été jetés à la Maca. «C’est maintenant que nous allons introduire une requête pour coup et blessures volontaires à l’encontre de Traoré Adama. C’est lui qui a déversé sur les différentes lignes, des gnambros et des microbes venus d’autres communes au prétexte de l’application d’un arrêté municipal », a-t-il indiqué. Avant de souligner que l’arrêté comporte des imperfections que le maire aurait reconnues. C’est pourquoi, selon lui, Aka N’goan avait décidé de mettre en place un comité pour lever les incompréhensions. « Alors que ce comité devrait se réunir le mercredi 14 janvier dernier, des jeunes habillés en uniforme de la mairie se sont attaqués à nos éléments mardi, faisant plus de 7 blessés graves actuellement en soins dans les hôpitaux. Le chef de District de Cocody, le commissaire Koné Migninté qui était sur le terrain, a rencontré ces jeunes qui ont nommément cité Traoré Adama comme étant celui qui les a convoyés sur le terrain. C’est pour cela qu’il a été arrêté. Laba Roger, lui, n’y est pour rien. Cette crise tire sa source de l’arrêté imparfait du maire qui doit être purement et simplement retiré. En près de 20 ans de monopole, il n’y a pas eu de bagarre. C’est dire que nous préférons le monopole dans la paix au pluralisme dans la violence », a-t-il conclu.

Traoré Tié

L’inter

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment