11162018Headline:

Un drame, mieux un crime a été commis à Adjahui, village lagunaire de la commune de Port-Bouët; De quoi est-il question ?

Un drame, mieux un crime a été commis à Adjahui, village lagunaire de la commune de Port-Bouët. La victime de ce crime est un chef de famille, répondant au nom de Fredy Kouadio. Ce meurtre, apprend-on, est commis par une dame.

De faits, rapportent nos sources, le samedi 20 octobre 2018, dans la matinée, Fredy Kouadio est joint au téléphone par dame K.A. Une femme qu’il connaît très bien, pour être non seulement sa voisine du village d’Adjahui, mais aussi pour être surtout en de bons termes avec elle.

Justement c’est au nom de cette bonne relation que Fredy Kouadio s’est démené comme il peut pour trouver un job à K.A. C’est vrai que c’est un boulot d’ouvrier, mais qui peut lyui permettre au moins, de ne pas faire la manche. Ou de s’offrir en chair à plaisir à des hommes peu scrupuleux, qui pensent qu’une femme doit absolument livrer ses charmes, avant de bénéficier d’un quelconque service de leur part. En entendant donc la voix de sa voisine au téléphone, Fredy Kouadio a le visage tout illuminé. Vu qu’il s’attend à ce que son interlocutrice lui exprime toute sa gratitude, face à son acte de grande magnanimité.

Mais l’homme va déchanter. Car au lieu de cela, c’est toute en rogne que K.A. déverse dans ses oreilles, une batterie d’insanités. Indiquant qu’il lui a trouvé un sale job, pour un salaire minable. Fredy Kouadio qui n’y comprend rien du tout., ne se laisse pas faire pour autant. En tout cas, il répondant aux insultes et l’échange se termine en eau de boudin. Et de se raccrocher sans aucune amabilité.

Sérieusement Fredy Kouadio ne digère pas cela et il entend demander à sa voisine les raisons de son attitude irrespectueuse vis-à-vis de lui, son bienfaiteur. Pour ce faire donc, il attend que sa voisine descende du travail pour qu’il aille poursuivre les échanges avec elle. Trop facile à ses yeux que les choses s’arrêtent là.

Aux environs de 23h, Fredy Kouadio, convaincu que dame K.A. est rentrée chez elle, entreprend donc de se rendre chez l’ouvrière qu’il traite au passage d’ingrate. Sa femme à qui il raconte leurs échanges houleux avec la voisine décide d’accompagner son homme, dans sa mission de mise au pas de K.A.

Une fois sur place, les choses ne s’apaisent pas moins. Bien au contraire. les explications sont houleuses. C’est une volée de bois verts de part et d’autre. On s’insulte sans limite. Les interventions des voisins couche-tard n’y changent rien. On continue de se « bombarder » de propos que la morale ne se serait guère permis ici, d’autoriser.

Les choses vont de mal en pis. Et les protagonistes accompagnent leurs propos orduriers par des coups. Dans cette bagarre nocturne, où apparemment tous les coups sont permis, dame K.A. malmenée par l’homme, ramasse un objet tranchant qui traîne par terre. Et sans calcul aucun, elle poignarde son adversaire. Ce dernier qui hurle de douleur, lâche prise et s’écroule. Visiblement, son état de santé est en train de se dégrader. Il perd beaucoup de sang.

C’est la confusion totale, quand le village est ameuté. K.A., la mise en cause présumée, profite de ce moment flou pour se tailler dans la nature. Alors que l’on tentait de mettre la main sur elle pour, évidemment, la livrer aux forces de l’ordre. En entendant d’y parvenir, l’on choisit de tout mettre en œuvre pour sauver la vie du blessé. C’est d’abord cela le principal. Bien hélas, alors qu’il est évacué en direction du centre de santé du village, Fredy Kouadio décède.

Les éléments de la police, saisis, se déportent à Adjahui et procèdent au constat d’usage. Après quoi le corps sans vie du pauvre homme, que le cruel destin a poussé à aller demander des comptes qui s’achèveront très mal, est enlevé et déposé à la morgue. Par sa part, la meurtrière présumée était activement recherchée, par les agents des forces de l’ordre qui ont ouvert une enquête.

Madeleine TANOU

lebabi.net

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment