07242017Headline:

Un lycéen de 20 ans a été mortellement poignardé, et éventré à Abengourou

mort d'une fille

Un lycéen de 20 ans a été mortellement poignardé dans un restaurant, à Abengourou.

C’était dans la nuit du mercredi 2 au jeudi 3 septembre 2015. Au centre de l’affaire, une jeune fille. Retour, grâce à nos sources, sur ce crime qui alimente les conversations, dans la ‘’Cité Royale’’. En effet, mercredi 2 septembre 2015, il est un peu plus de 22 h. A cette heure-là, le restaurant la « Bâche bleue », situé au quartier ‘’Dioulakro’’, non loin du grand carrefour d’Abengourou, a clos ses portes. Kobenan Dongo Judicaël, lycéen en classe de 1ère qui, profitant de ces vacances scolaires, gère la boisson dans ledit restaurant, a rejoint la chambre qu’il occupe au sein même de l’établissement. Le repos est bien mérité. Mais il ignore malheureusement que dans les environs, un homme encagoulé, approche à pas feutrés. Dans le petit sac noir que ce mystérieux noctambule porte au dos, deux poignards et un fil électrique sont soigneusement rangés. L’inconnu, furtivement, se planque derrière un pilier et attend. Patiemment. Aux environs de 23h, le lycéen qui ne sait toujours rien du macabre scénario qui est en train de se mettre en place, sort de sa chambre. Il a un besoin naturel pressant. Le moment est idéal pour l’agresseur embusqué. Le regard fixé sur sa cible, ce dernier sort discrètement le fil électrique et l’un des couteaux. Judicaël n’aura pas le temps d’éviter le fil que l’inconnu, apparemment déterminé, lui passe subitement au cou. Pour l’étrangler. Une lutte s’engage entre les deux hommes. Le visage renfrogné, les dents serrées, les mouvements musculaires de l’homme encagoulé sont énergiques. Il n’y a pas de doute. Il en veut à mort au lycéen. Ce dernier, la bouche entrouverte, la gorge nouée et les yeux hagards, tente de se soustraire de sa posture inconfortable. Pots de fleurs et autres objets de décoration sont ainsi renversés au passage, dans le restaurant. Le malfaiteur sort alors son couteau. Et le plante profondément dans l’abdomen de sa victime. D’un second mouvement subit, il l’éventre. Les intestins à l’air libre, Judicaël s’écroule. Dans une mare de sang. Les bruits des pas qui s’éloignent pour la suite, sont celui du criminel. Il disparaît dans la nuit. Un fait lui a pourtant échappé. Il ne s’est pas rendu compte que dans la lutte, le sac qu’il tenait au dos, est tombé sur place. Un indice précieux pour la police. Évacué peu après au Centre hospitalier régional (Chr) de la ville, l’infortuné lycéen, succombe à ses blessures. Mais avant, il fournit aux policiers, certains éléments, notamment sur le physique de son agresseur, qu’il dit avoir reconnu en dépit de la cagoule.

Mortelle passion amoureuse

Au lendemain des faits, forts de tous les éléments obtenus du défunt et du sac abandonné sur le lieu du crime, les enquêteurs neutralisent un suspect à Abronamoué, gros bourg situé à 18 km d’Abengourou. Il s’agit de Kouassi Konan Léonard, ouvrier d’une entreprise de reprofilage de route. Interrogé par les hommes du commissaire Bréguhé Marcel, du 2ème arrondissement d’Abengourou, ce jeune homme de 24 ans ne fait aucune difficulté à reconnaître l’homicide. Pour expliquer son acte, il soutient qu’il y a environ deux ans, il fait la connaissance à Bouaflé, de la prénommée Sandrine qui devient vite sa petite amie. Ensemble, ils décident de se rendre à Abengourou, pour fairer fortune. Sandrine est alors embauchée au restaurant la ‘’Bâche bleue’’, quand lui, se retrouve à Abronamoué, dans une entreprise de reprofilage de route. Malgré la distance qui les sépare, Léonard passe, de temps à autre, voir dans le restaurant, sa petite amie Sandrine. Il l’aime tant. Mais leur belle histoire d’amour va se gâcher, lorsque Léornard observe, selon lui, des gestes ‘’suspects’’ entre sa petite amie et Kobenan Dongo Judicaël, le gérant de boisson du restaurant. Les soupçons de l’ouvrier sont d’ailleurs renforcés par une brouille qui survient entre lui et la jeune fille qui menace de le quitter. Pour Léonard, il n’y a aucun doute. Sandrine s’est entichée de son collègue du restaurant. Et il a donc décidé de régler cette affaire en assassinant celui qu’il dit être son rival. Le tueur traduit devant la justice, attend de répondre de son crime…passionnel.

Ange Kouassi KOBLIKO (Correspondant régional)

 linfodrome.com,

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment