10152019Headline:

Violences dans les gares routières / Un leader syndical fait des rèvèlations sur Les maires /son message à Hamed Bakayoko..

Violences dans les gares routières / Un leader syndical : « Les maires sont les parrains des ”grambros” L’opération ”Plus de sachet calao au volant” lancée

L’arrestation de jeunes chargeurs appelés ”gnambros”, pour leur supposée implication dans les violences qui ont fait 2 morts à la gare de Bassam à Treichville, le vendredi 2 décembre dernier, est diversement appréciée dans le secteur du transport routier.

Un des leaders syndicaux dudit milieu, à savoir Yacou Diakité dit Bozizé, a fait connaître sa position, lundi 5 décembre, sur cette affaire et plusieurs autres violences survenues dans des gares routières ces derniers temps.

Face à la presse à Adjamé-Agban, au siège de la Fédération nationale des chauffeurs unis de Côte d’Ivoire (Fenascuci) dont il est le président, Yacou Diakité s’est opposé à toute action tendant à faire libérer les mis en cause. « Des acteurs du milieu ont appelé ce lundi à la libération des auteurs de l’attaque meurtrière à la gare de Bassam. Nous nous opposons à cet appel. Nous disons non à cette action tendant à faire sortir de la garde-à-vue les personnes impliquées dans les dernières violences à la gare. L’impunité a fait couler trop de sang dans notre secteur. Cela doit cesser », a fulminé le leader de la Fenascuci.

Il a ajouté que cet appel est commandité par des maires qui, à l’en croire, sont à l’origine des affrontements entre ”gnambros” et syndicats dans le district d’Abidjan. « Le mois passé, c’est à Yopougon qu’il y a eu affrontement. Ensuite, c’est à Adjamé que les machettes sont sorties pour se découper. Des jours après, le théâtre des opérations s’est transporté à Koumassi et Cocody. La semaine dernière, ce fut Treichville où ”gnambros” et syndicats se sont affrontés à la machette et à l’arme à feu. Sur la liste des responsables, il y a les maires. Ils sont, en réalité, les parrains des ”gnambros” et des syndicats qui se découpent. Aujourd’hui, ce sont les maires qui attribuent les arrêtés d’autorisation des encaissements à des syndicats et ”gnambros” proches d’eux pour remplacer d’autres acteurs sur le terrain. C’est de là que viennent les bagarres », a-t-il diagnostiqué.

Poursuivant, il a demandé au ministre d’Etat, Hamed Bakayoko, de rappeler à l’ordre les maires pour mettre fin à leur intrusion dans l’activité syndicale dans le transport urbain. « Tant que des maires continueront d’installer et de protéger des syndicats créés de toutes pièces sans adhérents pour remplacer d’autres, la violence va perdurer et le sang va continuer de couler. Ceux qui exigent la libération des ”gnambros” arrêtés agissent par procuration pour sauver un maire. Nous disons non. L’impunité ne passera plus. C’est le lieu de remercier les procureurs Soro et Adou Richard pour leur engagement à assainir le transport routier, et les exhorter à maintenir le cap », a-t-il indiqué.

Bien avant, ”Bozizé” a lancé l’opération ”Plus de sachet calao au volant”. Pour la 1ère phase, il s’agit de sensibiliser les chauffeurs pour renoncer à l’alcool pendant leur activité. « La seconde phase, c’est la répression. Nous allons casser les étals de vente de sachets ”calao” et interdire la vente de tout produit alcoolisé dans nos gares. Un chauffeur d’un véhicule de 18 places détient 18 vies en main. Il doit prendre le volant dans un état normal et non être au volant en état d’ébriété », a-t-il fait valoir. 

TRAORE Tié

L’inter

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment