01182017Headline:

Yopougon/ Accident de la route: Le chauffeur tue son apprenti en broyant sa tête

accident koumassi

Horrible, atroce, odieux… En tout cas, les qualificatifs dépréciatifs ne manquent pas, pour évoquer l’accident qui s’est produit, le samedi 13 février 2016, en zone industrielle de Yopougon.

Et il y a vraiment de quoi. Le jour des faits, nos sources rapportent qu’à bord de leur véhicule de transport en commun, Ouattara Daouda 20 ans, apprenti-chauffeur, et son parton O. Lacina se retrouvent en Zone industrielle. C’est là que, malheureusement, leur véhicule connaît un ennui mécanique. C’est donc l’arrêt forcé. Il faut maintenant chercher une solution. Ainsi, on apprend que le chauffeur, connaît la solution à cet ennui. C’est juste qu’il faut couper le moteur, attendre un petit moment, avant de le redemander. Et puis, c’est reparti. Mais ce jour-là, pour Daouda, les choses doivent se faire autrement. Il se glisse alors sous le véhicule et se met à y faire des bricoles dans le but, espère-t-il, de remettre rapidement en état de circulation, le véhicule. Et cela, à l’insu hélas de son parton. Ce dernier qui croit que le moment est à présent venu pour remettre la voiture en marche, se met au volant. Ignorant que l’apprenti est encore en dessous de l’engin, il met le moteur en marche et démarre. Horreur. On entend un bruit d’éclatement sourd, en dessous du véhicule. Et tout autour, ce sont des cris d’horreur que poussent les personnes présentes. Certains des témoins se tiennent la tête entre les mains. En général, c’est signe d’une situation horrible. Mais que se passe-t-il donc? O. Lacina gare tout de suite son véhicule à bord duquel, il constate l’absence de son apprenti. Il hurle le nom de ce dernier, mais point de réponse. Et tout de suite après, sur indication des badauds, il jette un œil en dessous de son véhicule. Et là, il découvre l’atrocité. L’apprenti est mort, le crâne affreusement écrabouillé. Ce n’est plus qu’un amas de chair et d’os sanguinolent. Le bruit sourd qui venait de se produire, c’était donc ça. La police, saisie, se déporte sur les lieux du drame et procède à un constat d’usage. Le corps enlevé et déposé à la morgue, une enquête suit, pour appréhender tous les contours de ce tragique accident de la circulation.

KIKIE Ahou Nazaire

soir info

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment