12162018Headline:

Yopougon: Attaques à main armée de domiciles et de commerces

Les éléments de la brigade anti-criminalité, unité d’intervention installée dans les locaux du commissariat de police de Duékoué, viennent de réaliser un beau coup de filet. Ils ont mis un terme aux sombres activités d’un gang de six (06) dangereux criminels, dont des élèves. Des criminels spécialisés dans les attaques de domiciles et autres points de commerce. L’opération de nettoyage policier, a été réussie dans la journée du lundi 09 juillet 2018, aux environs de midi.

En effet, informent nos sources, depuis quelques semaines déjà, on déplore les attaques à profusion de domiciles, dans la ville de Duékoué, capitale du Guémon. Il ne se passe quasiment pas de jour, sans qu’une plainte de victimes ne soit déposée, soit à la brigade de gendarmerie, soit au commissariat de police.

Face à cet état de fait qu’il ne peut laisser perdurer, le commissaire Thio N’klobi Richard organise ses éléments, aux fins de porter la contre-offensive, à l’égard du gang identifié comme le même qui sévit.

Ainsi, le lundi 9 juillet, en possession d’importantes informations concernant les mouvements et autres déplacements de la bande, l’autorité policière et ses hommes mettent en place un dispositif, au quartier « Antenne ». Et très vite, les flics se montrent efficaces, en mettant la main sur l’un des suspects. Il s’agit de D. Eric, alias « Neymar », un élève de 18 ans.

Pressé de questions, ce mauvais garçon qui s’avère être le chef de gang présumé, balance ses complices supposés. Ce sont D.S., âgé de 16 ans, et Konan Kouassi, tous deux également élèves. Les trois mauvais apprenants, qui ne veulent pas trinquer seuls, livrent peu après, les autres « cadres » du groupe. Ceux-là sont Dodo Dabouhé Prince, 20 ans, Gnanoui Charles et Gnanoui Lucien, 23 ans, qui habitent eux, le quartier « Diaye Bernard », connu sous la dénomination de « Carrefour ». Tous ces égarés sont à leur tour chopés par la police.

Le gang désormais au grand complet, les agents des forces de l’ordre mènent une perquisition dans leurs différents domiciles. Cette opération s’avère payante. Car, elle permet de saisir un pistolet factice et 90 boulettes de drogue. Il est également mis la main sur des biens issus des attaques menées par les malandrins. Ce sont douze téléphones-portables, deux postes de télévision, des ordinateurs, du matériel de sonorisation, constitué de baffles et de tables de mixage. Et enfin, une bonne partie de l’arsenal, auquel ils avaient recours pendant leurs assauts. Notamment des cisailles et six machettes très bien aiguisées.

Apprenant le démantèlement de ce gang qui ne les a que trop traumatisées, les populations se sont montrées très heureuses. Pour sa part, le commissaire Thio N’Klobi Richard, qui vient pratiquement à peine de prendre fonction à Duékoué, est déterminé, avec ses collaborateurs, à traquer à fond les bandits qui croient impunément sévir dans leur zone de compétence. Et donc, l’arrestation de ces six malfaiteurs, le commissaire Thio la considère comme une sévère mise en garde, à l’endroit des autres fripons.

Des fripons qui voudraient se montrer actifs, comme ceux qui viennent de se casser les dents, et qui attendent d’être présentés à un juge.

 

linfodrome.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment