05262017Headline:

Yopougon- Emeute et grande colère /Un jeune ivoirien de 20 ans tué par des haoussa nigériens

manifestation-2 (1)

La mort d’un jeune ivoirien par des commerçants haoussa a provoqué un soulèvement des habitants dimanche matin à Yopougon, comme constaté sur place par KOACI.

À l’origine du soulèvement déclenché dimanche matin contre les commerçants haoussa du marché situé au secteur dit “carrefour sodeci” dans le quartier Niangon sud à gauche de la commune de Yopougon, des faits qui se sont déroulés vendredi soir aux environs de 23heures et ,entraînant la mort d’un jeune ivoirien de 20ans.

Selon des témoins, l’infortuné se trouvait entrain d’uriner près d’un magasin quand il a été pris à partie par un groupe d’haoussa surveillant les lieux. Il a alors essuyé de violents coups de chevron avant d’être abandonné gisant au sol.

Informés, les proches de l’individu vachement amoché se sont pressés de le conduire dans un centre de santé communautaire “ugefosa”.

Malheureusement, là-bas, le jeune homme de 20ans est décédé avec plusieurs fractures de cotes, et une hémorragie interne samedi.

En réaction, les habitants du quartier niangon se sont révoltés, s’attaquant principalement aux commerces dimanche matin. Plusieurs magasins appartenant aux étrangers de la sous région dans le marché ont ainsi été saccagés.

La police du 17ème arrondissement, aidée des unités de la CRS et de la gendarmerie est arrivée pour maîtriser la situation, empêchant les manifestants de se livrer à toute sorte de vandalisme. En milieu de journée, plusieurs habitants en colère ont été dispersés dans les principales artères du quartier Niangon.

” Nous sommes sur le terrain pour faire régner l’ordre. Depuis le matin, on tient à distance les manifestants pour éviter que la situation ne s’empire.” pouvait témoigner un officier des forces de l’ordre sur le terrain, équipé de bonbonnes de gaz lacrymogène.

” Ce sont des haoussa nigériens qui ont tué notre frère. Peu importe la raison, on ne peut pas laisser tomber ça…Nous ne sommes plus libres dans notre propre pays à cause des étrangers” ont également confessé plusieurs manifestants très en colère, mais obliger de se replier de l’autre côté de la route pour fuir l’assaut des forces de l’ordre.

Le décès de la victime a par ailleurs été confirmée par la police samedi. L’individu répond au nom de Diomandé Pacôme selon les témoignages. Il était tapissier installé dans le marché et, bien connu des habitants.

Si en fin de journée, la police n’a déclaré aucune perte en vie humaine durant les manifestations, c’est dans un quartier révolté, ivre de colère contre les étrangers, que la nuit étalera le voile de son empire, comme constaté.

Une enquête a été ouverte pour situer les responsabilités, apprend t-on aussi du côté de la police. Mais pour l’heure, aucun suspect n’a encore été interpellé, ce qui nourrit bien l’hystérie des habitants dans ce secteur.

Adriel, Abidjan

KOACI

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment