12142017Headline:

YOPOUGON: Mystère Un jeune homme pleure et meurt

 

pleure-homme-2

Un jeune homme, connu sous le seul prénom d’Emmanuel, a trouvé la mort. Mais cette mort semble avoir des caractéristiques bien bizarres.

Les faits ont eu lieu dans la nuit du dimanche 7 au lundi 8 septembre 2014, au Nouveau quartier, dans la commune de Yopougon. En effet, nos sources expliquent qu’Emmanuel est bien connu du secteur. On ne lui connaît pas du boulot exact, mais on le voit le plus souvent, venir s’attabler au kiosque à café tenu par un Burkinabé portant les initiales S.B. En tout cas, il est l’un des fidèles clients du coin, comme on le dit.

Chaque fois, il se présente là, s’offre de quoi manger avant de distraire et d’égayer les autres clients par des histoires drôles dont lui seul en sait l’inspiration. Mais dans la nuit du dimanche 7 au lundi 8 septembre 2014, alors qu’il est endormi dans son kiosque à café, il est tiré de sommeil par des pleurs.

Il est environ 4h du matin. Cette voix-là, il la reconnaît. C’est bien celle d’Emmanuel. Alors, il n’a pas à avoir peur d’ouvrir. Ainsi, lorsque S.B met le nez dehors, il voit Emmanuel assis sur un banc du kiosque à café et pleurant à chaudes larmes. Que lui arrive-t-il ? C’est la question que lui pose le commerçant. Mais le jeune garçon ne répond pas et continue de pleurer. A-t-il été agressé ? Est-il malade ? En tout cas, le pauvre jeune garçon ne répond à aucune de ces questions.

Mais alors que S.B est encore à s’interroger sur ce qui lui arrive, Emmanuel s’écroule subitement et se retrouve au sol. Et très rapidement, ses pleurs cèdent la place à des râles d’agonie. Puis, plus rien. Le commerçant se rend compte qu’il est mort. Là, de façon inattendue. S.B tremblant de tous ses membres, fonce au commissariat de police du 19ème arrondissement et signale les faits qui semblent encore le dépasser.

Des agents des forces de l’ordre arrivent sur les lieux et découvrent effectivement le cadavre. Et au cours du constat qu’ils effectuent, ils ne voient aucun signe apparent de maladie sur le pauvre. Encore moins, des traces de violence sur lui, qui pourraient faire penser à une agression dont il a été victime. Mais de quoi Emmanuel est-il alors exactement mort ? Mystère. On sait seulement qu’on l’a entendu pleurer et mourir ensuite. Le constat de la police achevé, c’est la morgue du Chu de Treichville qui accueille le corps sans vie.

 

Madeleine TANOU

LINFODROME.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment