12162018Headline:

yopougon/ Niangon: Un jeune homme tué et jeté dans un ravin

Le corps sans vie d’un jeune homme d’une trentaine d’années, dans un état assez difficile à soutenir par la vue, a été découvert dans un ravin, à proximité du « carrefour Jatak », à Niangon à droite, dans la commune de Yopougon.

Sur ces faits, nos sources indiquent que le dimanche 20 mai 2018, des personnes passant par le carrefour cité plus haut, sont frappées par l’odeur pestilentielle qui se dégage du ravin. Une odeur fétide, à même de faire vomir un porc. Bête qui, par sa nature, s’accommode pourtant de ces insupportables puanteurs des immondices, avec lesquels elle se nourrit habituellement, avec délectation pourtant. C’est dire comme il est quasi impossible de supporter cette odeur.

La police est saisie. Et les moments d’après, des agents des forces de l’ordre sont là. Mais, à en croire nos sources, il est impossible aux policiers de faire leur travail de constat. Ils n’ont pas les compétences techniques pour descendre dans le ravin. Ils font appel donc, aux sapeurs-pompiers militaires.

Ces derniers arrivent sur les lieux de la découverte macabre. Et, maîtrisant parfaitement leur sujet, ils descendent au fond du ravin, et remontent le corps en bordure de route. Ce corps sans vie, en état de putréfaction très avancée. L’homme ne porte pas de chaussures, encore moins de vêtements. A part, une petite culotte de couleur noire, qui apparemment, lui sert de dessous. Dépourvu de pièces administratives, on ne peut pas lui coller un nom sur le visage.

Qui est-il donc, et que lui est-il arrivé? Une enquête de voisinage permet aux policiers de cerner plus ou moins, la situation. Ainsi, il revient que les choses remontent à la nuit du vendredi 18 mai 2018. L’homme est, en effet, présenté comme un bandit appréhendé sur des faits criminels, par des riverains. Ces derniers, en furie, ne jugent pas nécessaire de le livrer à la police. Ils le soumettent plutôt à une loi. Leur loi. Ainsi, ils déshabillent le suspect présumé et le battent copieusement, jusqu’à ce qu’il meurt. Et les bourreaux se débarrassent du corps sans vie, en le jetant dans le ravin à proximité.

En possession de ces explications, les enquêteurs mènent leurs investigations, en vue de savoir ce qu’il s’est exactement passé. En attendant, le corps est, lui, déposé dans une morgue.

linfodrome.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment