07222017Headline:

Yopougon Siporex/ Un maquis attaqué par un gang : Un blessé grave par balle

 

blesse balle

Le lundi 25 mai 2015, aux alentours de midi, un gang a lancé un assaut contre un maquis situé à la Siporex, à Yopougon. Plusieurs biens ont été emportés, et on note un blessé grave par balle.

Selon les informations, les malfaiteurs dont le nombre n’est pas déterminé, munis de machettes, de couteaux et de tessons de bouteilles, s’attaquent à toutes les personnes qui ont le malheur de se retrouver sur leur chemin. C’est ce qu’ils appellent dans leur jargon, « rafle générale ». Ainsi, ces malfaiteurs arrachent, ici et là, téléphones-portables, argent et bijoux.

Sur leur lancée, les quidams s’introduisent dans le maquis où de nombreux clients sont déjà attablés. Les jeunes fripons fortement excités, menacent de faire la peau à quiconque ose les braver, en ne se laissant pas dépouiller de ses biens. Les malfrats commencent par le gérant de maquis qu’ils détroussent de ses deux téléphones-portables et d’argent. A présent, c’est sur les clients que la vermine jette son dévolu. Sans honte, ces partisans du moindre effort passent de table en table jusqu’à ce qu’ils parviennent à l’une d’elle. Là, il y a deux hommes installés. Mais ce que ces voleurs ignorent pour leur propre malheur, c’est que ces deux hommes en tenue civile, qu’ils s’apprêtent à dépouiller, sont des flics. Il s’agit de l’adjudant L.A et du lieutenant B.R.

Ces deux agents sont dans le maquis, juste pour se restaurer et aller reprendre le service. Sur leur table, sont posés leurs quatre téléphones-portables dont l’un des farfelus s’empare d’un tour de bras. L’adjudant se lève et tente de reprendre les appareils. Mais le bandit lui brandit sa machette. L’agent de police sort alors son arme à feu, en vue de libérer des tirs de sommation. Mais le criminel croit se montrer téméraire en tentant d’arracher son arme de dotation à l’adjudant. Il s’en suit alors une lutte au cours de laquelle, un coup de feu part.

La puissante détonation fait fuir les autres malfaiteurs complètement surpris. Ces lâches, dans leur course, profèrent des insanités. Leur acolyte qui lui engageait à l’instant le combat corps à corps avec le sous-officier de police, est grièvement blessé par balle. Il se pâme au sol où il perd énormément de sang. Les deux policiers font appel à leurs collègues qui viennent procéder au constat d’usage.

Ainsi, on apprend de la bouche de l’agresseur malchanceux, qu’il répond au nom de Moumouni. Il est Burkinabé âgé de 16 ans, et est cireur de chaussures au marché gouro de Yopougon. En attendant d’être présenté à un juge, il est évacué par les sapeurs-pompiers, aux urgences du Chu de Yopougon.

KIKIE Ahou Nazaire

 linfodrome.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment