10212017Headline:

Yopougon: Un Français attaqué et dépouillé en face d’une église

ecole francaise

Les criminels, on s’en rend compte, se moquent complètement de Dieu. C’est au nom de ce ressentiment à l’égard du Seigneur que l’un de ces damnés ne s’est pas gêné pour sévir à un jet de pierre seulement d’un édifice religieux

Les renseignements en notre possession indiquent que le jeudi 4 août 2016, ressortissant français et artiste-musicien de son état, E.S. part de son domicile sis à Grand-Bassam pour Abidjan.

Dans la capitale économique de la Côte d’Ivoire, il a rendez-vous avec sa petite amie. Mais sans doute en prélude à une bien chic sortie avec sa dulcinée, il fait un tour à sa banque, au Plateau, où il effectue le retrait de la somme de 200 000 F Cfa. Cela fait, il emprunte un taxi-compteur et le voilà qui fille en direction de la « Cité verte », à Yopougon. C’est dans ce quartier qu’il a le rencart avec sa petite amie. Précisément, en face de la paroisse Saint-Mathieu.

Quelques instants plus tard, il est à destination. Mais à peine pose-t-il les pieds à terre qu’il se retrouve en face d’un comité d’accueil très singulier. Celui-ci se décline en un individu à scooter, armé d’un pistolet automatique. Le quidams pointe son arme sur le Français et lui arrache le sac qu’il tient, avant de prendre rapidement la fuite.

E.S. reste pantois. Mais il a eu une sacrée chance tout de même. Le fric dont il venait d’effectuer le retrait, le malfrat ne l’a pas vu. Vu qu’il était dans sa poche et non dans le sac emporté. Toutefois, le sac arraché ne contient pas des objets non moins importants. Vu qu’il s’agit de ses chéquiers, de ses cartes de crédit, de son passeport français et de ses trois permis de conduire. L’un français, l’autre canadien et le dernier israélien.

E.S. a déposé plainte au commissariat de police le plus proche. Des recherches visant à épingler le bandit sont tout de suite lancées.

Madeleine TANOU

 linfodrome.com,

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment