04212018Headline:

Yopougon, un homme retrouvé mort avec un préservatif cassé sur le sexe

Le mardi 6 mars 2018, une découverte macabre, précisément le corps sans vie d’un homme, a été faite au Km 17 à Yopougon, sur la route menant à Dabou. Ce corps présente des particularités, qui ne peuvent que susciter curiosité.

En effet, à en croire nos sources, ce mardi-là, aux alentours de 9h, un jeune homme répondant aux initiales de M.Y, agent dans un service des pompes funèbres situé au Km 17, sur l’axe routier conduisant à Dabou, la capitale du Leboutou, a bien envie de se soulager, d’un besoin naturel pressant. En tout cas, il ne peut plus se contenir. Alors, M.Y. quitte momentanément son poste et s’engouffre dans la broussaille jouxtant son lieu de travail. Mais à peine descend-il son froc, qu’on le voit surgir soudainement de la broussaille, en hurlant. Que lui arrive-t-il ?

Il fonce directement à son boulot et explique ce qu’il vient de découvrir dans la broussaille, où vient de lui passer toute envie de déféquer. C’est qu’il vient de découvrir le cadavre d’un homme, traînant là-bas, dans les hautes herbes.

Informés peu de temps après, des agents du commissariat de police du 17ème arrondissement se rendent sur place, aux fins de constater les faits. Ils découvrent effectivement, dans la broussaille, non loin du service des pompes funèbres, le cadavre d’un homme d’une trentaine d’années, loin d’être une force de la nature.

Le malheureux porte des entailles dans le dos, à la tête, à l’épaule, à la jambe gauche. Il est également observé des égratignures, entre les cuisses du défunt. Et, aussi bizarre que cela puisse paraître, le mort a autour de la cheville droite, trois petites cordes de couleur verte, marron et rouge. Et l’autre particularité qui est notée sur le corps, c’est surtout que, l’infortuné porte autour de son sexe, un préservatif usagé, qui d’ailleurs, est cassé.

Mais tous ses aspects, notamment les entailles sur des parties du corps et les petites cordes colorées, autour de la cheville droite, peuvent-ils faire penser que l’on a affaire ici, à un crime rituel ? Des témoins de la scène le croient fermement, avec cette psychose d’enlèvements et meurtres de personnes, qui s’est emparée des populations depuis un certain temps. Mais enfin…

En tout cas, la police, elle, mène son enquête afin d’élucider sur les circonstances exactes de la mort de cet homme. Un homme que les agents de police n’ont pu identifier, parce que n’ayant pas de papiers sur lui. En attendant qu’ils y parviennent, le macchabée est enlevé et conservé à la morgue, juste à côté.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment