03312017Headline:

PHOTOS/Méga-meeting du Président Abou Drahamane Sangaré à Adzopé:Ce qui s’est réellement passé

fpi gazes

fpi meeting gazes

fpi meeting gazes1

fpi meeting gazes2

fpi meeting gazes3

fpi meeting gazes4

Pendant ce temps, à Bouna, les populations s’entretuent sans que les forces de polices n’intervinnent pour les protéger.

Abou Drahamane Sangaré à Adzopé: Face à la superchérie de la police, le peuple Akyé reste déterminé.

Il faut conclure que la police, totalement absente à Bassam et à Bouna, aidée des militants RDR armés de barre de fer, d’armes blanches, parfois même d’armes à feu, a dispersé à coups de gaz lacrimogène, le meeting que devait animer Abou Drahamane Sangaré, président par intérim du FPI, ce samedi 26 mars, à Adzopé.

Pour éviter de nouvelles pertes de vie inutiles, le président Abou Drahamane Sangaré a, par la voix du SGA ‎Koné Boubacar, demandé aux militants et aux militantes du FPI de rentrer chez eux: «Les policiers n’ayant pas d’arguments juridiques, et ayant fini de faire des tirs de sommation, le président Abou Drahamane Sangaré demande aux militants de rebrousser le chemin et de rentrer chez eux pour les uns et sur Abidjan pour les autres. Nous vous redonnerons une autre date et nous reviendrons à Adzopé», a informé Koné Boubacar.

Tirs nourris sur l’espace du meeting, jet de gaz lacrymogènes au moment où le Président Aboudrahamane Sangaré faisait son entrée triomphale à Adzopé.

Les tirs nourris sur l’espace du meeting, jet de gaz lacrymogènes font des blessés

La population reste déterminée malgré les intimidations de la police.

Il faut avant tout préciser que ce meeting a bel et bien été autorisé par le préfet dont le chef hiérarchique est le ministre Hamed Bakayoko. Curieusement, le jour du meeting, c’est à dire le samedi 26 mars 2016, la police dépendant également du ministre Hamed Bakayoko a bloqué toutes les voies d’accès au lieu de meeting. Ce qui revient à dire de Hamed Bakayoko permet la tenue du meeting du FPI, puis utilise abusivement et inutilement les forces de police pour empêcher sa tenue.

Pendant ce temps, à Bouna, les populations s’entretuent sans que les forces de polices n’intervinnent pour les protéger.

La jeunesse à fait passer le cortège de la délégation du parti

Dans tous les cas, les militantes et militants du FPI et la population d’Adzopé très déerminés ne démordent pas. Et comme le démontrent les images ci-dessous des femmes du village de Grand Akouzin, proche d’Adzope, le peuple Akyé ne veut pas se laisser intimider par les basses manœuvres d’un minstre incohérent et inconséquent.

La foule grossit, et se met en place pour les choses sérieuses.

Eburnie

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment