05262024Headline:

Burkina: Manifestation particulièrement encadrée devant l’ambassade des USA

Ce vendredi 3 mai 2024 à Ouagadougou, quelques dizaines de personnes sont allées manifester devant l’ambassade des USA au Burkina. Il s’agit d’un « mécontentement » suite au communiqué conjoint de l’administration américaine et celle du Royaume-Uni par rapport aux massacres de civils par notre l’armée selon le rapport de l’ONG Human Rights Watch.

Ce vendredi 3 mai 2024 à Ouagadougou, la coordination nationale des associations de veille citoyenne patriotique a réuni ses membres au pied-à-terre de l’ambassade des États-Unis d’Amérique au Burkina Faso. Les manifestants avec des drapeaux du Burkina, de la Russie, du Niger et du Mali ont voulu faire savoir à l’ambassadeur des États-Unis d’Amérique au Burkina Faso, absent, leur mécontentement quant à la publication de la déclaration conjointe des États-Unis et du Royaume Uni sur le rapport de l’ONG Human Rights Watch qui accuse l’armée de massacre de civils.

Pour parer à toute éventualité, les autorités du Burkina Faso avaient déployé aux abords de l’ambassade un dispositif sécuritaire renforcé, avec notamment la police anti-émeutes. Cette manifestation intervient également après la convocation du chargé d’affaires de l’ambassade des États-Unis d’Amérique au Burkina Faso par le ministère des affaires étrangères.

Le 29 avril dernier, les gouvernements du Royaume-Uni et des États-Unis avaient indiqué dans une déclaration conjointes qu’ils étaient « gravement préoccupés » par les informations faisant état de massacres de civils par les forces militaires burkinabè à la fin du mois de février, citant le rapport de Human Rights Watch (HRW). Le Burkina Faso, dirigé par des militaires issus d’un coup d’Etat, a dénoncé le rapport de HRW samedi, disant « rejeter et condamner fermement de telles accusations infondées».

What Next?

Recent Articles